Dans un rapport, publié ce lundi 16 juillet, intitulé « Budgets en chute, répression en hausse », l'ONG Amnesty International s'intéresse à l'impact social des mesures prises par le gouvernement tchadien, depuis 2015, pour faire face à la chute brutale des cours du pétrole. Baisse du budget de la santé, coupes budgétaires en matière d'éducation... les populations paient un lourd tribut et, lorsqu'elles manifestent pacifiquement leur lassitude, elles sont victimes de la répression par les forces de l'ordre.

Des mesures d’austérité, mais à quel prix ? Dans son dernier rapport publié ce lundi, Amnesty International montre que les réductions drastiques dans les secteurs de la santé et de l’éducation ont renforcé la précarité des populations les plus vulnérables. Cette étude s’appuie sur les témoignages de 176 personnes recueillis à Ndjamena, Massaguet, Massakory et Sarh.

L’ONG constate que le budget du gouvernement consacré à la santé a diminué de moitié entre 2013 et 2017. Les subventions allouées aux hôpitaux ont aussi baissé. Résultat : des pénuries récurrentes de médicaments et notamment de produits essentiels tels que le paracétamol et les désinfectants.

« Rien ne saurait justifier le non-respect des obligations minimales essentielles en matière de droit à la santé, même une crise économique », déplore Samira Daoud, la directrice régionale adjointe pour d’Afrique de l’Ouest et du centre d’Amnesty.

Seconde victime de ces coupes budgétaires : l’éducation. Suppression des bourses des étudiants, hausse des frais d’inscription dans les universités publiques, réduction de 50 % des primes et indemnités des fonctionnaires… tout ceci contribue à maintenir un faible taux de scolarisation, à avoir des salles de classe sous-équipées et une grogne sociale de plus en plus importante de la part des enseignants et des étudiants, constate l’ONG de défense des droits de l’homme.

Chaque fois qu'il y a eu des mesures d’austérité qui ont été prises, cela a entraîné des manifestations des populations, de la société civile, des étudiants, des élèves, mais aussi des grèves de fonctionnaires. De janvier à mars, nous avons documenté au moins 12 manifestations. Dans tous ces cas-là, il n’y a eu qu’une seule manifestation pendant laquelle les forces de sécurité n’ont pas eu recours à des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Que les gens aient fait ou non usage de la force, les forces de sécurité ont frappé des manifestants. Il y a eu plusieurs blessés et 150 personnes, au moins, ont été arrêtées, dont de nombreux élèves et étudiants. Nous, ce que nous constatons c’est que la répression continue au Tchad. Les mêmes restrictions qui existaient avant continuent et sont encore plus renforcées. Par conséquent, le ton a durci encore plus et la situation est, pour nous, très inquiétante d’autant plus que nous avons eu à faire, auparavant, des recommandations et nous constatons que ces recommandations ne sont pas mises en œuvre.

RFI

Le président du Conseil européen Donald Tusk et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sont à Pékin ce lundi 16 juillet pour constituer un bloc destiné à s'opposer au protectionnisme américain, mené par Donald Trump au nom de « l'Amérique d'abord ». Les deux dirigeants européens se rendront ensuite à Tokyo, pour lancer également un vaste accord de libre-échange avec le pays du Soleil-Levant.

Le 20e sommet Union européenne-Chine qui se tient ce lundi 16 juillet à Pékin tombe à point nommé pour démontrer la volonté des deux partenaires de poursuivre et même renforcer leurs relations commerciales. Cela dans un climat de guerre protectionniste lancée par les États-Unis.

La Chine, deuxième puissance économique mondiale et l'Union européenne (UE), le plus grand marché unique du monde, sont favorables à une modernisation de l'organisation mondiale du commerce, soit tout le contraire de Donald Trump.

Unies pour lutter contre les droits de douane imposés par les États-Unis aux importations d'acier et d'aluminium, l’UE et la Chine sont cependant en désaccord sur certaines pratiques commerciales chinoises qualifiées de dumping par les Européens. Cela aussi devra être abordé, car la Commission européenne insiste sur la nécessité de respecter les règles du commerce international.

Les deux dirigeants européens se rendront ensuite à Tokyo pour signer un accord de libre-échange avec le Japon, autre signal fort contre le protectionnisme. Cet accord de libre-échange devrait couvrir près d'un tiers du Produit intérieur brut (PIB) mondial.

EMMANUEL DUNAND / AFP

A Dakar, l'opposition appelait à une grande marche ce vendredi après-midi. Une manifestation, autorisée par le préfet de la capitale, pour dénoncer, critiquer l'autorité et son chef, Macky Sall. Un président accusé de tout faire pour éliminer ses opposants. Notamment Khalifa Sall, le maire de Dakar qui est en prison depuis près de 500 jours, et Karim Wade, le fils de l'ancien président, qui vit en exil au Qatar. La marche s'est transformée en meeting à sa gloire.
C'est au son strident des trompettes spéciale Coupe du monde, recyclée pour l'occasion, que les militants de Karim Wade se sont retrouvés...
13-07-2018 - Par Guillaume Thibault
Le t-shirt à l'effigie de Karim Wade était la tenue imposée pour ce rassemblement. Tenues mais aussi affiches, slogans, banderoles : tout était à la gloire du fils de l'ex-président parti au Qatar il y a maintenant plus de deux ans, mais qui reste pour ses sympathisants le futur président. « Etre karimiste, c'est d'abord défendre l'intégrité. Nous défendons la justice, la justice, la bonne gouvernance bien sûr », dit une manifestante.

Pour les karimistes, le président Macky Sall n'a donc qu'un objectif : stopper les ambitions politiques de leur champion. « Le président Macky Sall essaie d'éliminer des candidats, comme Khalifa Sall, Karim Wade qu'il a fait exiler », estime cet homme.

Un discours rôdé, très politique mais qui va aussi parfois sur le terrain social et les galères du quotidien, difficultés qui seront sans aucun doute au coeur de la campagne de 2019. « Je suis très fâché : les gens ne travaillent plus, quand tu es malade, si tu n'as pas d'argent tu meurs », s'énerve un autre manifestant.

En organisant cette marche pour Karim Wade, le Parti démocratique sénégalais a donc tenté de montrer sa force. Mais en mobilisant moins que pour un match de foot, le débat sur l'absence prolongée de Karim Wade sera sans aucun doute au coeur des prochaines réunions du parti.

Rfi

lundi, 16 juillet 2018 08:10

Mondial 2018 : le sacre de la jeunesse conquérante

Poster par

La France s’est imposée 4-2 face à la Croatie, dimanche 15 juillet, au terme d’un match épique en finale de la Coupe du monde de football. Alors qu’ils menaient 2 à 1 au terme d’une première période tendue, les Bleus ont fini par creuser l’écart, ce malgré une erreur du gardien Hugo Lloris ayant permis aux Croates de marquer un second but. Après avoir remporté le trophée en 1998, l’équipe de France décroche ainsi la deuxième étoile de son histoire. Revivez en images les explosions de joie des spectateurs français, partout en France, au fur et à mesure que les Bleus, but après but, prenaient le large.

 

Transformés par Didier Deschamps en un commando imbattable, les Bleus ont décroché dimanche une deuxième Coupe du monde en Russie, en dominant (4-2) la Croatie en finale.Kylian Mbappé a-t-il seulement pris la mesure de son exploit au moment de soulever la Coupe du monde, dimanche 15 juillet, dans le ciel pluvieux du stade Loujniki de Moscou ? Hilare sous une nuée de confettis dorés, l’insouciant attaquant des Bleus semblait avoir oublié jusqu’à son âge, 19 ans, et sa date de naissance, le 20 décembre 1998. Le prodige était encore bien au chaud dans le ventre de sa mère quand son sélectionneur, Didier Deschamps, terrassait le Brésil et remportait le tournoi planétaire, le brassard de capitaine des Tricolores au bras.

 

Lire aussi :   Le prodige Kylian Mbappé au zénith

 

Deux décennies après le sacre de Zidane et consorts, voilà que Mbappé a accroché une deuxième étoile au maillot de l’équipe de France, en renversant (4-2) la bluffante Croatie de Luka Modric, au terme d’une finale totalement débridée. D’une imparable frappe à ras de terre, l’ailier du Paris-Saint-Germain (PSG) s’est même payé le luxe d’inscrire son quatrième but de la compétition et de parachever la victoire des Bleus contre une sélection à damier usée jusqu’à la corde par ses trois prolongations avalées sur la route de Moscou.

 

« Nous serons dans l’histoire à jamais », a déclaré avec componction, entre deux pas de danse, le chef de file de la nouvelle vague – élu au passage meilleur jeune joueur du tournoi –, qui vient d’installer le football français sur le toit du monde pour quatre années.
Une machine à gagner

 

Deuxième plus jeune buteur en finale de Coupe du monde derrière le Brésilien Pelé, auteur d’un doublé lors de l’édition suédoise de 1958, à 17 ans et huit mois, Mbappé renvoie au pari fou que s’était lancé Deschamps : faire d’une sélection « verte » (26 ans de moyenne d’âge) et relativement inexpérimentée une machine à gagner. « J’avais un groupe très jeune, quatorze des vingt-trois joueurs découvraient une Coupe du monde. C’était un peu l’inconnu, mais ils l’ont fait », a souligné le Bayonnais. Ce dernier est devenu le troisième homme – après le Brésilien Mario Zagallo et l’Allemand Franz Beckenbauer – à remporter le tournoi comme joueur puis sélectionneur.

 

Lire aussi :   Pour la presse étrangère, la victoire des Bleus est « le triomphe du collectif sur les étoiles »

 

Qui aurait pu pourtant prédire le sacre de cette jeunesse conquérante, incarnée par les arrières latéraux Benjamin Pavard et Lucas Hernandez (22 ans), après son entame de tournoi laborieuse, le 16 juin, face à l’Australie ? Ce jour-là, Deschamps n’avait aligné que trois joueurs de plus de 25 ans. La courte victoire (2-1) acquise contre les Socceroos l’avait poussé à revoir son système de jeu et à sortir ses grognards Olivier Giroud et Blaise Matuidi (31 ans) du placard pour muscler sa formation.

 

Les ajustements opérés lors du succès (1-0) obtenu dans la sueur et les larmes face au Pérou, le 21 juin, ont marqué un tournant décisif. Tel un général à la tête de dociles soldats, Deschamps a alors transformé son équipe en un commando discipliné, prêt à endurer les pires souffrances pour aller jusqu’au bout.
Montée en puissance

 

Le 30 juin, en huitièmes de finale, la victoire échevelée (4-3) des Bleus contre l’Argentine de Lionel Messi a témoigné de leur montée en puissance sur le plan athlétique. Ce fut le triomphe de l’endurance, de la hargne et de la vitesse. L’infatigable milieu N’Golo Kanté a alors incarné les vertus d’une préparation physique intense, pensée pour permettre aux Tricolores de décoller à partir des matchs à élimination directe.

 

Génial stratège, abreuvé de rapports d’observation et de montages vidéo réalisés par son staff, Deschamps s’est continuellement adapté au jeu de l’adversaire pour préparer ses échéances. « Toutes les chances sont mises de notre coté, pour qu’on sache exactement ce qu’on a à faire sur le terrain », a expliqué l’avant-centre Olivier Giroud, qui n’aura donc jamais fait trembler les filets en Russie, passant le plus clair de son temps à s’époumoner pour presser l’adversaire.

 

Lire aussi :   Coupe du monde 2018 : comment la machine tricolore est montée en puissance

 

Fils spirituel de l’ex-sélectionneur Aimé Jacquet, sacré sur le banc vingt ans avant lui, Deschamps s’est appuyé sur un bloc ultra-défensif et des joueurs offensifs capables de se projeter vers l’avant et de tuer la rencontre sur des contre-attaques assassines.

 

La victoire acquise tout en maîtrise contre l’Uruguay (2-0) le 6 juillet, en quarts, a mis en relief cette impressionnante solidité doublée d’un réalisme insolent devant la cage adverse. Sous le règne de Deschamps, marqué du sceau du pragmatisme, cette équipe de France a parfois été particulièrement caricaturale, donnant l’impression de refuser le jeu et de subir pour mieux surprendre l’adversaire. Ce fut le cas contre la très spectaculaire Belgique de ce fin dribbleur d’Eden Hazard, le 10 juin, en demi-finales. Au point que les Diables rouges, mauvais perdants (0-1) et écœurés par la stratégie de démolition des Tricolores, les ont vertement dépeints en gagne-petit.

 

Lire aussi :   France-Belgique : « L’équipe qui gagnera ne sera pas meilleure que la nôtre », jugent les Belges amers

 

« Vous pouvez poser la question, sommes-nous de beaux champions du monde ? On est champions du monde, c’est ce qu’il faut retenir, a insisté Deschamps, porté en triomphe et aspergé de champagne par ses protégés. On a fait les choses mieux que les autres, avec plus de maîtrise. Les joueurs n’ont jamais rien lâché. »
« Cohésion »

 

Deux ans après sa défaite (0-1 après prolongation) en finale de l’Euro 2016 contre le Portugal, le technicien a pu également s’appuyer sur ses cadres pour prendre sa revanche. Personne ne peut reprocher au gardien Hugo Lloris sa bourde, en finale, sur le but tardif de Mario Mandzukic, qui relève de l’anecdote. Intraitable sur sa ligne, le capitaine aux 104 sélections a notamment sauvé ses troupes contre l’Uruguay en réalisant la parade du tournoi sur une tête à bout portant de Martin Caceres. Sous des trombes d’eau, il est devenu le deuxième capitaine français à se voir remettre le trophée de la Coupe du monde, vingt ans après son sélectionneur.

 

La charnière centrale composée de Raphaël Varane et de Samuel Umtiti a aussi tenu la baraque. Maîtres des airs, les deux défenseurs se sont même mués en buteurs providentiels : le premier a débloqué la situation contre l’Uruguay d’un joli coup de tête, le second a ouvert (du crâne également) à ses partenaires, face à la Belgique, les portes de la finale. Quant aux milieux Blaise Matuidi, N’Golo Kanté et Paul Pogba, auteur du troisième but – celui de la délivrance – contre la Croatie, ils ont été le rouage essentiel de la machine tricolore. Et que dire d’Antoine Griezmann, leader technique tourné vers le collectif ?

 

Lire aussi :   Coupe du monde 2018 : l’équipe de France, le sacrifice et le talent

 

Désigné meilleur joueur de la finale, ce dernier a loué la « cohésion » au sein de l’effectif français. Dans le huis clos du camp de base d’Istra, Deschamps aura enfilé son costume de DRH tout en maniant la carotte et le bâton : « J’ai parfois été dur, mais c’est pour leur bien. Le management, la psychologie, ça fait partie de mon métier. On a passé cinquante-cinq jours ensemble et il n’y a pas eu le moindre problème. »

 

Avant de regagner l’Hexagone avec ses joueurs pour parader, lundi 16 juillet après-midi, sur les Champs-Elysées, Deschamps a confirmé qu’il irait au terme de son mandat, fixé à l’Euro 2020. « Je suis convaincu que mes joueurs seront plus forts dans deux, quatre ans », a promis le sélectionneur, sous les vivats des journalistes. Des honneurs dus à son rang de « double » champion du monde.

 

L’équipe de France a remporté dimanche 15 juillet la Coupe du monde de football pour la deuxième fois de son histoire en battant la Croatie (4-2). Face à une valeureuse et séduisante équipe croate, les Bleus ont fait preuve de réalisme, à l’image de leur tournoi, pour décrocher une nouvelle étoile mondiale et succéder à l’Allemagne. La génération Mbappé entre dans la légende du sport français, comme celle de Zidane il y a 20 ans.

Il y a eu un 12 juillet 1998, il y a désormais un 15 juillet 2018. C’est la date de naissance officielle d’une génération dont le nom de baptême n’est pas encore tranché entre Griezmann, Pogba, Mbappé. Cela dit tout de ce qu’a été cette équipe de France : un groupe, un collectif, qui s’est trouvé pendant le tournoi. Une bande de joueurs qui a érigé le réalisme en mot d’ordre sous l’organisation pragmatique de son sélectionneur Didier Deschamps. Comme en 1998, la France a commencé sa Coupe du monde avec l’étiquette d’un outsider, et peu d’observateurs la voyaient être sacrée dimanche soir. Mais pendant que les favoris tombaient un par un (Allemagne, Espagne, Argentine, Brésil, Belgique), elle traçait sa route avec ses armes (la défense, les trois poumons de Kanté, la vitesse de Mbappé.)

Dans cette finale, la France a commencé très timidement ; peu de rythme, pressing à contretemps, peu de mouvements. C’était à se demander si ce n’étaient pas les hommes de Didier Deschamps qui avaient connu trois prolongations pour arriver en finale. Les Croates avaient l’air bien plus frais, et ce n’était pas qu’une impression. Ils ont dicté le rythme du match, pris plus d’initiatives au moment où les Bleus jouaient la prudence dans l’attente d’un contre favorable. C’est là qu’on se dit que la légendaire chance de Didier Deschamps n’est qu’une affaire de discussions de bars sportifs. Car les Bleus ont marqué sur leur première occasion du match, qui plus est, grâce à un but contre son camp de l’attaquant croate Mandzukic sur la frappe de Griezmann (18e).

Les Croates meilleurs dans le jeu et l’engagement

Les amis de Modric se sont magnifiquement repris en égalisant par Perisic sur un bel enchaînement face à un Pavard en manque de vivacité, comme toute la défense, sur cette égalisation (28e). Mais le héros croate allait relancer les Bleus, qui n’en demandaient pas tant, en touchant le ballon de la main dans la surface de réparation sur un corner de Griezmann. Penalty, après consultation de la vidéo par l’arbitre argentin, et quatrième but de Griezmann qui prend Subasic à contre-pied (38e). Sans convaincre dans le jeu, dans l’engagement où même dans la tactique, les hommes Didier Deschamps étaient devant. C’est simple : les Bleus ont disputé leur plus mauvaise mi-temps, depuis les matches de poule, face à une Croatie qui méritait mieux sur cette première période.

La pression, la peur du vide, les souvenirs de la finale de l’Euro perdue il y a deux ans face au Portugal (1-0) ont peut-être crispé les Français. Mais les protégés de Dalic étaient aussi conscients que leurs meilleures chances étaient de jouer à fond la première période, car la fatigue accumulée lors de leurs trois prolongations allait se faire sentir dans la deuxième partie de la rencontre.

Le sélectionneur Didier Deschamps porté en triomphe par ses joueurs après la victoire en finale de la Coupe du monde face à la Croatie, le 15 juillet 2018..REUTERS/Kai Pfaffenbach

Lloris relance la Croatie

La Croatie a poussé en seconde période, a mis ce qui lui restait de gaz et de cœur pour revenir, mais c’est encore la France qui a trouvé le chemin des filets avec Pogba après un excellent travail de Mbappé (59e). Le même Mbappé (19 ans), devenu le 3e plus jeune joueur à débuter la finale d'un Mondial derrière Pelé (1958 à 17 ans, 8 mois et 5 jours) et Giuseppe Bergomi (1982 à 18 ans, 6 mois et 20 jours), allait aussi marquer son empreinte dans cette rencontre. Le Parisien inscrit le quatrième but qui met définitivement la France à l’abri (65e). Et si les Croates ont continué à y croire, c’est grâce au capitaine des Bleus, Hugo Lloris, qui les relance en voulant dribbler Mandzukic après une passe en retrait d’Umtiti. L’attaquant de la Juventus, encore plein de volonté et d’engagement, réduit le score (69e) sans faire douter la France. A 20 minutes de la fin, les jambes sont lourdes pour les Croates, même s’ils s’offrent quelques occasions, mais il y a longtemps que Didier Deschamps avait décidé de fermer encore plus le jeu avec l’entrée de Steve N’Zonzi (55e), et Tolisso (73e) avant celle de Fekir (81e).

C’est la victoire d’une idée ou d’une certaine idée du jeu. La victoire selon Deschamps; un froid réalisme hérité de ses années italiennes à la Juventus Turin combiné au legs d’Aimé Jacquet, le sélectionneur qui a conduit les Bleus à la victoire de 1998 en faisant de la défense le pilier de toute victoire.

Seule la victoire est belle donc, et les Français vont savourer cette deuxième étoile et avec eux toute la France entière. C’est un fait, les réservations pour les vacances connaissent toujours un pic au lendemain de la fin de parcours de l’équipe de France de foot dans une compétition. Lundi 16 juillet ne devrait pas déroger à la règle… L’été sera beau et ensoleillé cette année en France. Avec un beau ciel… Bleu.

 

lundi, 16 juillet 2018 07:20

Mondial 2018: Kylian Mbappé, grandeur mature

Poster par

L'attaquant de l'équipe de France, Kylian Mbappé, qui a disputé face à la Croatie à une finale de Coupe de monde (4-2), a toujours marqué son monde par sa maturité malgré ses 19 ans. Tout juste sorti de l’adolescence, il marque l’histoire du football français avec ce titre de champion du monde et son but en finale.

De notre envoyé spécial à Moscou,

« Une étoile est née », titrait le quotidien italien Corriere della Sera, une photo de Kylian Mbappé en Une, au lendemain de la victoire des Bleus face à l’Argentine de Lionel Messi. Et La Stampa de Turin a même établi la comparaison en titrant « Comme Pelé ». « A la fin d'un match épique, sept buts et une infinité d'émotions, il y a le sourire de Mbappé, petit joyau français sur les traces de Pelé », écrivait le journal. Aujourd'hui, Kylian Mbappé a accroché la deuxième étoile sur le maillot des Bleus après une victoire sur la Croatie à laquelle il a activement participé en inscrivant le quatrième but tricolore.

Kylian Mbappé marque le quatrième but français en finale de la Coupe du monde.REUTERS/Maxim Shemetov

Il maîtrise déjà les codes du métier et la communication

De ce tournoi en Russie, tout le monde se souviendra que lors de cette confrontation face à l’Argentine de Lionel Messi, Mbappé a révélé au monde son talent en plein essor, avec un doublé. « Messi peut partir tranquille, où et comme il voudra, mais nous sommes entrés dans une autre époque, celle de Kylian Mbappé, qui a eu sur la Coupe du monde le même impact que Pelé il y a soixante ans », avançait carrément LaRepubblica à Rome. France football a évoqué son « culot et talent qui ont éclaté à la face du monde ».

Plus qu’être un grand joueur, Mbappé étonne son monde. A 19 ans, à peine sorti de l’adolescence, il est conscient de ce qui lui arrive et son aisance verbale est à pointer.

Surtout, il maîtrise déjà les codes du métier et la communication comme personne. « Je ne vois qu'un seul exemple d'un type aussi posé à son âge : Basile Boli. A 18 ans, il savait exactement ce qu'il voulait. Tout était clair et précis. Il dégageait une sorte de charisme », a déclaré l'ancien entraîneur d'Auxerre Guy Roux au Parisien. « Mbappé, c'est quelqu'un de très mature. On a rarement vu ça, raconte son compatriote Samuel Umtiti. On peut parler de tout avec lui. Il ne fait pas son âge, il a la tête sur les épaules. Il sait où il veut aller et comment. C'est ce qui m'impressionne, son calme sa sérénité. » Mbappé a toujours su qu'il ne voulait pas être un figurant dans son sport en ayant l'ambition de « marquer les esprits ».

Le plus mature, le plus sûr de lui

Pour Paul Pogba, Mbappé va « apprendre » et « va gagner en expérience ». « Il est déjà en avance pour son âge. Je lui donne des conseils, mais il est assez mature, il comprend déjà des choses que moi je ne comprenais pas à son âge », a expliqué le joueur de Manchester United avant la finale.

« C’est vrai, je n’ai que 18 ans [sic], mais pour moi, ce ne sera jamais une excuse, je prends mes responsabilités et je cherche à tout donner à chacun de mes matchs », précisait l'international français juste après son arrivée au Paris Saint-Germain à l'été 2017. Surtout, comme l'avoue Samuel Umtiti, « Kylian n'aime pas qu'on lui parle de son âge ».

Emmanuel Macron remet le trophée du meilleur jeune du Mondial à Kylian Mbappé.REUTERS/Maxim Shemetov

« C’est un jeune qui a une belle maturité d’esprit, qui est lucide. Il a sûrement appris à Monaco les principes et le fonctionnement d’un footballeur professionnel grâce au centre de formation. Son environnement familial doit être très sain. Son mental facilite son épanouissement. Il a les bases du respect. Quand il parle, on sent de la sincérité et il sait dans quel monde il évolue. Il va faire une carrière exceptionnelle », raconte à RFI Patrice Neveu, ancien sélectionneur de la Mauritanie.

« Maintenant, on ne peut plus se cacher », admettait l'attaquant de l'équipe de France, après la qualification pour la finale. Et face à la Croatie, Kylian Mbappé ne s'est pas caché. Celui qui est devenu en l'espaca de deux saisons l 'un des joueurs les plus « bankables » de la planète foot change définitivement de statut avec ce titre de champion du monde, et un trophée de meilleur jeune joueur du tournoi, à même pas vingt ans. 

RFI

lundi, 16 juillet 2018 07:17

Mondial 2018: une équipe de France aux anges !

Poster par

Loin de l’euphorie française qu’ils retrouveront dès lundi 16 juillet, les Tricolores et leur staff ont savouré ce deuxième titre à Moscou.  « On est fier de rendre les Français heureux », a déclaré le jeune Kylian Mbappé, promis à un grand destin de footballeur. Didier Deschamps, le sélectionneur, parle lui d’une génération qui n’oubliera pas ce 15 juillet 2018. Réactions.

De notre envoyé spécial à Moscou,

« C'est la vie qu'on voulait. On est fier de rendre les Français heureux. On est conscient qu'on avait ce rôle-là aussi, on voit qu'ils oublient tous leurs problèmes. On joue pour ce genre de choses, j'ai toujours dit que je ne voulais pas être que de passage dans le foot ». A quatre heures d'avion de Paris, le jeune attaquant français Kylian Mbappé résume en quelques phrases la joie des Bleus qui fêteront le titre jusqu’à très tard dans la nuit avant de rentrer dans la capitale.

« On va voir toute la ferveur du peuple français »

Au début de cette campagne russe, Paul Pogba disait que les Tricolores allaient « prendre les rênes de l'équipe de France ». Et d’ajouter : « On va essayer d'être patron ». Sur la pelouse du stade Loujniki de Moscou, tous n'ont certes pas brillé dans cette finale face à la Croatie. Mais ce titre de champion du monde éclipsera certainement la bévue d’Hugo Lloris face à Mario Mandzukic.

« Quand on va rentrer en France, on va voir toute la ferveur du peuple français, cela va être quelque chose d'énorme, je n'attends que ça », raconte Benjamin Pavard, 22 ans, peu connu du public découvert par le public français après son but face à l’Argentine.

Pour Benjamin Mendy, de Manchester City, « c'est un truc de fou. C'est magnifique. Il y a beaucoup de joueurs qui en rêvent... C'est la plus belle coupe. Pendant quatre ans, elle restera à la maison ». Comme tout le groupe, il a déjà hâte de défiler sur les Champs-Elysées et d'imiter ses aînés de 1998.

« Ce soir, c’était l’apothéose »

« Le match, le terrain appartiennent aux joueurs. Ce soir, c’était l’apothéose, raconte Didier Deschamps. On partait de loin avec cette équipe jeune, même si certains avaient déjà un certain vécu.  Etre sacrés champion du monde, c’est fabuleux pour eux. C’est ce que je leur ai dit. Ces 23 joueurs seront liés à vie avec ce qui s’est passé ce soir. » Derrière lui, les joueurs crient : « Ceux qui n’ont pas cru en lui doivent le regretter! »

« Tout ça vous donne envie d’aller encore plus loin », lâche Kylian Mbappé. Jusqu’au Qatar dans quatre années pour défendre le titre ? A 19 ans, le joueur du Paris Saint-Germain avait déjà impressionné la planète foot grâce à sa folle chevauchée (chronométrée à 32,4 km/h par la Fifa) pour offrir un penalty à Antoine Griezmann puis son doublé. Il peut encore continuer à rêver !

REUTERS/Kai Pfaffenbach

 

PUBLICATION DE L’ARRET DE LA CDJ DE LA CEDEAO : LA LIBERATION DE KHALIFA SALL S’IMPOSE par Seybani SOUGOU Cadre franco-Sénégalais

« Avec l’invalidation du procès-verbal de la DIC N°146/DIG/BAC du 02 mars 2017, la procédure à l’encontre du Député-Maire de Dakar s’effondre ; comme un château de cartes »

Un crime n’est jamais parfait. Y compris les crimes d’Etat. Ils attendaient l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO du 29 juin 2018. Ils sont désormais servis. La publication de l’intégralité de l’arrêt, le 12 juillet 2018, accable le pouvoir, anéantit les arguments juridiques tendant à la poursuite de la procédure à l’encontre du Député-Maire de Dakar et valide la thèse de la cabale politique. Le réquisitoire cinglant des juges de la CDJ de la CEDEAO dévoile un banditisme d’Etat sans nom, met à nu des pratiques policières infâmes, pointe les dérives du Procureur de la République, Bassirou Gueye et du magistrat instructeur, et jette le discrédit sur la Justice sénégalaise dont une partie est aux ordres du pouvoir exécutif. Après la lecture minutieuse des 54 pages de l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO, tout citoyen sénégalais épris de justice et de liberté est atteint dans sa chair. C’est le régime de Macky Sall qui est cloué au pilori. C’est l’image du Sénégal qui estentachée en Afrique et dans le monde. Il faut le dire clairement : certains points de cet arrêt sont dégradants pour notre pays et 2 de ses Institutions (Police et Justice). Nous n’y reviendrons pas, car tout a été dit ou presque dans cet arrêt, relayé amplement par des médias internationaux. En revanche, l’accent sera mis sur 2 points :

  1. 1.Point 1 : L’invalidation du PV de la DIC N°146/DIG/BAC entraîne la nullité de la procédure
  2. 2.Point 2 : La Cour rejette la requête lui demandant de se déclarer « Incompétente »

Dans son arrêt (cfIV-23), la CDJ de la CEDEAO constate que le procès-verbal de la DIC N°146/DIG/BAC du 02 mars 2017 établi à la suite de l’enquête préliminaire effectuée par la Division des Investigations Criminelles de la police judiciaire ne fait nulle part état de ce que les interpellés ont été assistés durant l’enquête de leurs conseils ou ont été informés de leur droit à en constituer. Dans ces conditions, la Cour doit conclure à la violation du Droit à l’assistance d’un conseil des requérants au moment de leur interpellation. La Cour rappelle les dispositions contenues dans l’article 5 du règlement n°05/CM/ de l’UEMOA qui précisent que les avocats assistent leurs clients dès leur interpellation durant l’enquête préliminaire dans les locaux de la police, de la gendarmerie ou devant le parquet. Ce point déterminant de l’arrêt suffit à lui tout seul, pour entraîner la nullité de toute la procédure. Le Procureur Général Près la Cour d’appel de Dakar, Lansana DIABY, qui a parfaitement compris la portée de l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO ne s’y pas trompé, en déclarant : « Nos juridictions n'ont pas respecté le règlement 5 de l'UEMOA qui exige la présence d'un avocat auprès de son client dès l'interpellation. Il faut respecter cette décision communautaire. Et cette disposition s'impose à l'État. Toute la problématique tourne autour d'un point l'annulation de la procédure réclamée par les avocats de Khalifa Sall ». Le 18 juin 2018, le 1er Président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji devra répondre à un seul point : le Maire Khalifa Sall a-t-il bénéficié du droit à l’assistance d’un Conseil au moment de son interpellation ? La réponse de la Cour de Justice de la CEDEAO et du Procureur Près la Cour d’appel de Dakar est claire, nette et précise : NON. La conclusion : Le Député-Maire de Dakar doit sortir libre du tribunal, le 18 Juillet 2018. Le 1er Président de la Cour d’appel de Dakar n’a guère le choix, puisqu’il ressort expressément de l’arrêt N°168 du 16 mai 2017 de la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar, que l’article 55, nouveau alinéa 10 du code de procédure pénale prévoit que « l’officier de police judiciaire informe la personne interpellée de son droit de constituer conseil parmi les avocats inscrits au tableau ou admis en stage. Mention de cette formalité est fait obligatoirement sur le procès-verbal d’audition, à peine de nullité ». Ce paragraphe est écrit noir sur blanc dans l’arrêt de la CDJ de la CEDEAO (IV-21). Les arguments brandis par des membres du régime, précisant que la CDJ de la CEDEAO n’a pas ordonné la libération de Khalifa Sall ne résistent pas à l’examen des faits. Lorsqu’il est écrit que le Droit à l’assistance d’un conseil du requérant au moment de l’interpellation est une formalité substantielle de la procédure, sous peine de nullité, faut-il faire un dessin ?N’est-ce pas clair comme l’eau de roche ?

Pour conclure, la CDJ de la CEDEAO (cfIV-53), a pointé une circonstance aggravante en ces termes « en empêchant que les recours exercés par les requérants produisent leur plein effet avant la clôture de l’instruction, le magistrat instructeur a ôté à la procédure son caractère équitable. Ses agissements ont constitué des atteintes graves aux droits de la défense, affectant le caractère équitable du procès ». En langage diplomatique, la CDJ de la CEDEAO dit que le magistrat instructeur (Samba Sall), a fait du GRAND N’IMPORTE QUOI.

Le coup de grâce a été porté par la Cour de Justice de la CEDEAO, suite à la requête des avocats de l’Etat du Sénégal, lui demandant de proclamer son incompétence (un fait passé inaperçu). Les avocats de l’Etat ont certainement été induits en erreur, par les habitudes du Conseil Constitutionnel sénégalais, prompt à se déclarer Incompétent. Mais voilà, la Cour de la Justice de la CEDEAO n’est pas le Conseil Constitutionnel du Sénégal. La CDJ de la CEDEAOest une juridiction impartiale et indépendante, qui fait face à ses responsabilités.

Voilà ce que la CDJ de la CEDEAO dit en substance sur sa compétence :

L’Etat du Sénégal (IV-I)a dans ses moyens de défense, sollicité que la Cour dise qu’elle n’a pas compétence pour apprécier les décisions rendues par ses juridictions nationales.

La CDJ de la CEDEAO (IV-5) rejette catégoriquement la requête du Sénégalen ces termes : le protocole additionnel A/SP.1/01/05 du 19 janvier 2005, portant amendement du protocole PA/P.1/7/91 relatif à la Cour de Justice de la Communauté lui donne explicitement compétence pour connaître des cas de violation de droits de l’homme dans tout Etat membre.En clair, les décisions rendues par des juridictions nationales n’empêchent nullement la CDJ de la CEDEAO de se déclarer compétente lorsqu’elle est saisie sur la violation des droits humains. Un camouflet pour ceux qui passent leur temps à invoquer la souveraineté des juridictions sénégalaises. L’époque où les Etats pouvaient violer les droits de leurs propres citoyens, dans le silence est terminée. Définitivement.

In fine, l’arrêt de la CDJ de la CEDEAO du 29 juin 2018,a lemérite de dévoiler au grand jour, la collusion entre une partie de la Justice sénégalaise et le pouvoir exécutif. Il révèle des pratiques illégales, et immondes qui ébranlent les fondements de l’Etat de Droit. La Justice sénégalaise est éclaboussée par l’affaire Khalifa Sall. De hauts magistrats sont au banc des accusés. L’Institution Judiciaire doit laver son honneur et restaurer sa crédibilité sérieusement entamée.Que l’on ne s’y trompe pas : la décision de la Cour d’appel de Dakar, dans cette affaire, sera scrutée à la loupe par la communauté internationale et les partenaires du Sénégal.

Le Sénégal est au bord de la rupture : politique, sociale, et alimentaire. Le 18 juillet 2018, pour l’histoire, pour la Défense du Droit, pour l’image du Sénégal, pour l’honneur et la dignité des juges, pour la stabilité du pays, et pour larestauration de la crédibilité de la Justice sénégalaise, le 1er Président de la Cour d’appel de Dakar, Demba KANDJI doit ordonner la libération du Député-Maire Khalifa SALL.A défaut, il sera comptable du « désordre » créé par la fragilisation de l’Etat de Droit au Sénégal, qui n’épargnera pas la Justice. Disons-le clairement : Macky Sall et son obsession d’un second mandat ne valent pas de tels risques.

Seybani SOUGOU – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

DU DESTIN : (Texte rédigé en hommages au Peuple de l'obscurité, notamment celui de nos chers disparus et des Malvoyants dont je suis UN!)-Pap NDOY -Sénégal

"La théorie du "dé fato" du destin est un sujet pas facile et notre ami Pap NDOY nous propose une  lecture osée inspirée et qui démontre sa foi inébranlable mais aussi sa conscience mesurée face à l'existence.  Les questions de spiritualités sont individuelles et trouver chez autrui sa façon de l'aborder nous ouvre l'esprit" P B CISSOKO

 

DU DESTIN

ALLAH est unique, et ses Créatures multiples, multiformes et exceptionnelles!
Chacune d'elles étant une exclusivité en son genre!
Mais, parmi toutes celles-là, seul l'homme est doué de RAISON.
Tout le reste n'étant doté que d'INSTINCT!


Ainsi, l'Homme et l'Animal restent les seuls Êtres terrestres intelligents et volontaires, par leur organisation communautariste.


Aussi, à l'état primaire, tous les deux agissent instinctivement, pour assurer leur survie.
Et c'est leur volonté de rester en vie, qui nourrit cet instinct de survie.
Mais, la créature animale, même domestiquée, restera instinctive dans son comportement!
Tandis que, l'homme qui a un mental beucoup plus développé, s'évertuera à faire évoluer cet instinct en Intuition, puis en un réflexe Raisonnable.


Et c'est ainsi que la Vie est naturellement structurée dans un strict ordre pyramidal.
Tout empiétement dans le domaine d'autrui provoquant de fâcheux désagréments collatéraux!
Oui, la Vie est un système hiérarchisé dans lequel toutes les activités partent de la relative imperfection à l'absolue perfection!


Et le Tout respectant le Parfait Ordre du Bon Sens dont chaque individu se trouve investi d'une infime partie.
Évidemment, toute la Vie est organisée d'une telle façon que, tout converge en un seul univers.


Celui de notre Unique Créateur!
GLOIRE à Allah, notre bon Dieu!
CELUI-LÀ qui est le Créateur de cet univers!
C'est bien LUI, l'Organisateur Absolu, qui a Créé les Mondes:
-de la Terre ferme, de l'Air, du Ciel, et des Eaux,
-des créatures vivantes et non vivantes,
-des créatures animées et non animées,
- des créatures visibles et non visibles,
-des espèces vivantes, végétales, animales, et humaines.
Gloire à cet Illustre Virtuose de la Création!


C'est donc, bien LUI qui, d'un Néant Absolu, a édifié cette autre forme de son Univers de Mondes Matériels et Immatériels dans lesquels, IL a insufflé Vie.


CELUI-LÀ qui a bien voulu attribuer, de par sa Mansuétude et dans son Espace, à chacune de ses CRÉATURES, une durée de vie cyclique, limitée dans son Temps Universel.
Des créatures qui s'assurent mutuellement une survivance naturelle.


Et voilà que les Mondes de l'Air, de la Terre, des Eaux et du Ciel fournissent à toutes les Espèces Vivantes <l'essence-tiel> de leur subsistance vitale.


Cependant, l'histoire du Temps nous dévoile que toutes les espèces vivantes qui nous ont précédé, ont tous disparu.


Elles sont remplacées par d'autres plus évoluées. Ainsi, de suite en suite, chaque nouvelle vague de générations s'appuyant sur les acquis légués par celles précédentes.
Un Héritage que celles-là améliorent pour permettre à la postérité de vivre dans des conditions humaines encore plus avantageuses.


Aujourd'hui, c'est à notre tour d'être temporairement en Activité.
Demain, assurément, nous ne serons plus.
Nous serons morts et toutes traces de notre passage terrestre disparaîtront progressivement.
Une disparition qui s'étendra jusque dans la souvenance des Vivants!
Un jour, toutes formes de présence physique et psychique; finit par s'éteindre définitivement!
Ainsi, se dessine la PRÉ-DESTIN-ATION dans laquelle se meut l'humanité!
D'où une Prévisibilité et une Imprévisibilité d'événements liés:
-à l'action de l'homme sur, lui même et son environnement (volonté, intention, conscience, libre arbitre, liberté dans la décision,..) et,
-à celle incontrôlable, incommensurable et, incontournable de cette PUISSANCE invisible, sur ces derniers (destin, fatalité, sort..divins).
Cette forte manifestation d'énergie divine dépasse toute capacité de protection et de réaction humaines.
Elle est la source qui couve l'intégralité de nos inter-agissements énergétiques.


Cette énergie créatrice d'événements dont le contrôle de l'équilibre de leur connectivité, relève d'Un plus Puissant.
Une supervision que LUI SEUL opère en toutes neutralité et sécurité.
Et, du dehors de Tous Systèmes, IL aura tout paramètré, minutieusement!
IL aura simplement décidé sans devoir rendre de comptes à qui que ce soit.
Ho, qu'IL est GRAND et Redoutable, notre Bon Dieu!
Gloire à notre Seigneur, ALLAH l'Omnipotent!
Évidemment, le parfait Bon ordre des choses, nous dispose à croire que Dieu n'intervient pas directement dans les affaires purement humaines.
Et ce, dès lors que, à l'origine de la Création, IL a mis en place Ses Lois fondamentales interconnectées.
Chaque unité de créations reproductibles disposant d'une empreinte d'identification unique.
Avec tous les attributs qui marquent nos différences individuelles.
Mais surtout avec une fonction Perfectionniste purement humaine.
Bien entendu, la vie de toutes créatures a un début et, une fin certaine!
Naturellement, ce sont ces Lois qui assurent l'équilibre de tous les mondes de l'Univers Divin.
C'est ainsi que, l'homme ne décide ni de sa naissance, ni de sa mort.
Il ne sait même pas l'heure précise à laquelle, il s'endort!
Également, ni son intelligence ou son ingéniosité ne lui permet d'intervenir directement dans le dispatching de son alimentation en:


-sang, eau, vitamines
-déchets solides et liquides,
-muscles, os,
-sperme et ovules.


L'homme reste un laboratoire de notre Bon Dieu!
Tout comme, il ne saura de sa Naissance que ce qui lui sera raconté, mais et de sa Mort????
Quand les Pouvoirs du Créateur se révèlent illimités dans le Temps et l'Espace, ceux de la Créature y sont restreints.


Aussi, l'homme n'est point Créateur.
Il ne sait que SURVIVRE à partir de ressources naturelles qu'il a appris à transformer.
Il les aura d'ailleurs toutes trouvé sur place.
C'est ainsi que l'Etre Humain s'est exercé à détenir des Pouvoirs d'asservissement sur son environnement.
Il a bien acquis les capacités de changer la direction originelle de certaines choses, par la mise en oeuvre de son intelligence.


Mais il subit cependant, les limites de son humanité.
Cette incapacité qui le confronte alors à sa condition d'un simple , malgré toute la puissance dont il est pourvu.


Mais, d'une puissance non divine!


En vérité, la résolution définitive des défis de la Vie, demeure dans l'éternité, exclusivement Divine.
Aucune génération d'hommes n'aura jamais le temps de finaliser l'exécution de ses projets.
Ils resteront toujours perfectibles, à l'image de la nature humaine, du reste imparfaite!
Ainsi, seules les solutions ponctuelles relèvent de ses aptitudes.
En effet, l'Homme ne dispose pas de Performances suffisantes pour tout résoudre, durant son Temps de Vie.
Il fait ce qu'il peut, et sa descendance s'occupe de la continuité des actions entreprises.
Aussi, comme toutes les matières vivantes sont périssables, l'homme également, s'use à l'épreuve du Temps de sa survie.
Et voilà que cette périssabilité de la créature vivante nous conduit à la Certitude, que la Finalité de toute Activité est assurément l'Inactivité.


Par conséquent, le DESTIN de toute VIE c'est forcément, la MORT!
En revanche qu'en est il du DESTIN DE L'HOMME?
Oui, celui de cet ÊTRE si particulier, PRÉDESTINÉ à <naître, vivre="" et="" mourir="">!
Il est bien sûr, qu'il ne contrôle:
-ni sa naissance,
-ni sa mort!
Par contre, son intelligence lui permet de donner un contenu raisonnable à sa Vie par une EXISTENCE rationnelle.
Et, c'est cette Existence intelligente:
-qui valorise son vécu,
-lui attribue un statut social particulier et,
-le rend perfectible.
C'est pourquoi, il est dégradant pour cet Être Social, de se suffire d'une simple vie biologique.
Comme un Être quelconque!
Cela le condamnerait alors à une vie primitive sans ambitions!
Aussi, c'est la dimension hautement spirituelle de l'homme, qui rend décisive la différence entre Créatures divines.
Ainsi, pour la réalisation de projets engageant la dignité de sa vie, il a dû se bâtir:
-une propre existence et,
-un fort caractère mental!
C'est ainsi que, depuis qu'il s'est affranchi de son animalité, l'Homme s'est forgé une moralité spécifique.
Il a su organiser l'existence de sa communauté autour de valeurs morales qui obligent à un DEVOIR:
- de Procréation humanisée,
- d'Éducation, et
- d'Instruction!
Et voilà un minimum requis pour bâtir une Humanité Responsable, digne et soucieuse de la qualité:
- de son espèce,
- d'une société humaniste,
- d'un État juste, équitable et robuste.
De telles préoccupations ne répondent cependant, qu'aux besoins d'Existence, EXCLUSIFS à l'homme.
Alors que, biologiquement, les Créatures:
- Animale et Humaine jouissent des mêmes fonctions organiques liées à :
-leurs alimentations,
-leurs pulsations cardiaques,
-leur système respiratoire et,
-leurs activités cérébrales.
Pareillement, les Créatures Végétales:
-s'alimentent à partir d'eau, de soleil et d'autres matériaux naturels ou transformés,
-respirent par le soleil et l'air ambiant,
-manifestent de l'émotion pour plusieurs raisons et par diverses façons (stress, ), et
-meurent quand leur coeur (qui irrigue et régule la sève) est mortellement atteint (car élaguer leurs branches et tronc, en ne coupant pas leurs racines, ne les tuent pas).


Naturellement, tout Être Vivant, privé d'alimentation, meure (déterrement prolongé de racines végétales).
Par conséquent, cela nous fonde à affirmer que, tout comme l'animal et l'homme, le végétal aussi bénéficie des mêmes fonctions vitales, Essence-tielles.
Tous, sont donc armés de ce même Instinct de Survie qui accroche à la Vie.
Mais, seul l'homme doué de Raison est capable d'inventer et de se servir de son invention pour faire progresser l'humanité vers un mieux être.
Cependant, tous ces Êtres ne sont Vivants que, par ce qu'une ÂME donne Vie à leur corps.
Cette Âme qu'aucune Créature n'a les facultés de produire!
Comme les animaux, les végétaux s'émeuvent aussi des actions de l'homme.
Mais, toutes ces trois créatures subissent les assauts négatifs de cette nature indifférente.
Toutefois, en dépit de sa déficience physique, l'homme use de son Intelligence:
-pour aller à la conquête de son environnement et,
-pour mieux, se sécuriser et assurer sa survivance en progressant avec la science.
Et voilà, que son DESTIN commence à se dessiner!
Destin qui consiste à Destiner toutes ses actions à la eechetche de la perfection de son espèce.
Ce Destin est un concours de circonstances.
Il est différent de l'événement qui en résulte et s'inscrit dans la Vie de l'homme.
Ce résultat nous endolorit ou nous soulage!
Nous en déduisons alors deux sources que voilà:
-le Destin qui relève de la décision inhumaine et dépourvue de rous sentiments de notre bon Dieu, et
-celui étant la conséquence directe ou indirecte de l'action de l'homme.
Nous évoluons cependant, dans un territoire étranger (divin) que nous tentons difficilement d'humaniser.
Par ce qu'en définitive, notre bon Dieu ne nous a pas Créé pour, uniquement, assouvir nos besoins primaires!
Animal et Végétal savent déjà bien satisfaire de pareilles exigences vitales!


Nous disons à nouveau, Gloire à ALLAH Le Majestueux!


Qui, de par sa mansuétude, nous a favorisé en nous dotant d'un esprit qui réfléchit Bien ou Mal!
Oui, par ce moyen, IL nous a investi de cette Aptitude exceptionnelle de DISCERNEMENT.
Aussi, c'est donc, fort de sa perspicacité, que cet Homme a:
-su apprivoiser les deux autres créatures que sont l'animal et le végétal, et
-tenté, encore et toujours, de corrompre tout le reste, pour une meilleure maîtrise de ses conditions de survie.


Aussi, cela lui permit d'asseoir une EXISTENCE:
-non plus basée sur, seulement son INSTINCT,
-mais aussi et surtout, sur la RAISON et le BON SENS.


Avantagé par cette différence majeure, il se trouve rassuré par ce Pouvoir sur son environnement.
Se voit il donc, condamné, à prendre des décisions for audacieuses, mais réfléchies, pour donner beaucoup plus de crédibilité à la sécurité de son action.
C'est ainsi que le mode de vie des êtres humains évolue progressivement vers la modernité.
Alors que, celui des autres créatures reste figé, s'il n'est pas tout simplement dérangé par l'activite humaine dans sa quête de l'excellence.


En effet, nos ancêtres vivaient à l'état sauvage, dans des grottes non aménagées.
Aujourd'hui ce sont des gratte ciel qui abritent leurs descendances.
De l'eau, du sable, du fer et de l'argile ont été mélangés pour édifier de tels équipements.
Nous sommes bien passés de l'obscurité, à la lumière du soleil, de la lune à celle artificielle.
Du pétrole et divers matériaux sont également extraits du sous sol, et cela ne fut pas évident.


De la marche, nous sommes allés:
- au cheval, au vélo, au vélomoteur, à la voiture,
- de l'avion et au fusée,
- des radeaux, aux grands navires;
- des trains à vapeur aux trains électriques.
La terre, l'air, les eaux et le ciel, tous ont été explorés et exploités pour en extraire l'utile.
De tout cela, des combinaisons ont été effectuées pour trouver de nouveaux produits!
Évidemment, parmi toutes les Créatures divines, l'homme seul, pouvait réussir d'aussi brillants et périlleux exploits.
Aujourd'hui, tout cela parait évident!


Mais, devant des besoins urgents, il fallait vraiment y penser pour rechercher et trouver les moyens de réaliser tous ces progrès.


Sans aucun doute, il lui aura fallu déployer beaucoup d'efforts physiques et toute une ingéniosité pour y arriver.
Sans oublier la dextérité avec laquelle tout ceci a été conduit.
Nombreux, sont d'ailleurs les échecs tragiques qui ont dû peiner, puis galvaniser nos anciens!
Aussi, les découvertes sont passées du travail:


-manuel,
-intellectuel, et
-à l'automatisme.


Et c'est ainsi que des lois scientifiques sont élaborées pour fixer les acquis.
L'Être humain a donc pris des DÉCISIONS très orientées et osées pour modifier l'état naturel des choses.
Son intelligence lui garantissant de s'inventer de nouvelles conditions d'Existence.
Aussi, sa capacité d'esprit lui permet de changer sa façon d'être en vie.
Il est donc vrai que notre bon Dieu a doué l'homme de ce curieux Bon Sens!
Oui, celui-là qui réduit toute curiosité à son évidence!
Ainsi, l'homme sait profiter de son intelligence pour transformer et disposer à son service tout ce qui peut l'être.


Ses actions et réactions portant sur toutes les choses à sa portée et à son usage exclusif!
Ainsi, toute cette disponibilité de créatures transformables, prouve qu'à l'origine:
-notre bon DIEU avait bien créé un Univers à l'état brut,
-dans un espace et un temps,
-qu'IL a ensuite, peuplé de Ses mondes de multiples espèces.
Nous pouvons alors, affirmer que, toutes ces choses utiles à la Vie, ont été créés avant la venue de l'homme sur terre.
Aussi, pour chaque type d'espèce, IL en a créé des Spécimens uniques dont les principaux sont dotés des seules facultés:


-d'alimentation,
-de reproduction et,
-de transformation.


Ceux là demeureront, définitivement privés du génie CRÉATEUR de VIE!
Oui, la Vie, cette ÂME, ce , échappe à l'inventivité de toutes Créatures!
Dès lors, la faculté de Création de Vie ne saurait être dévolue qu'à ALLAH, le Tout Puissant!
IL n'a pas outillé l'homme pour développer de telles aptitudes.
Il lui est impossible de Créer comme Dieu Seul, sait faire!
Il ne sait que transformer la Création d'Allah.
Ainsi, DIEU reste le SEUL INTERVENANT et CRÉATEUR connu de cet Univers, composé de Ses Créatures.
Par conséquent; nous en déduisons que son Action s'est achevée depuis la Création et la mise en service de Ses Espèces Vivantes.
La perfection de cette mise en scène permet, en effet à chaque Individu acteur de jouer son rôle sans l'intervention divine.
De telles Créatures savent donc, parfaitement Survivre dans leur milieu d'adoption.
Cet endroit est bien sûr cet espace et ce temps dans lesquels se déploie la Vie.
Ainsi, par le développement de l'instinct de survie, la solidarité naturelle se trouve entretenue à l'intérieur des communautés constituées.


C'est donc l'activité des Vivants qui donne Sens à la Création que nul autre qu'Allah, ne sait réaliser.


IL ne nous aura alors programmé que, pour <naître, vivre="" et="" mourir^="" dans="" un="" cycle="" que="" lui="" seul="" maîtrise.<br="">Voilà que débuta la Vie dans l'espace et le temps universels, et l'humanité en devint le moteur et l'acteur principal.


C'est ainsi que, la résolution des équations suivantes, aide à mieux comprendre les véritables enjeux et raisons de la Mission Humaine.
Il s'agirait en effet, de savoir:


-comment bien Exister dans cette Vie, de la ?
-pourquoi devons nous Vivre si, un jour, nous devrons Mourir?
Oui, vivre pour Exister sainement, tant du point de vue physique que psychique!
Bien sûr, face à l'éternité, Vivre pour résoudre tous les défis Existentiels que pose la Vie!
Enfin cette Vie se retrouvera vidée de tous Sens, et de toutes substances, une fois que seront dénoués tous nos problèmes de survie.


Et ce sera la fin définitive de notre Vie terresetre!
Ho, mais après combien de générations de Vie!
Ainsi, la recherche de solutions nous aura conduit à la certitude:
-du caractère Éphémère de la Vie de l'homme face à,
-l'Éternité Divine.


Et c'est en cela, que nous retrouvons la justification de la multitude de générations de créatures vivantes et mortes, antérieures et postérieures à notre époque.
Quel est donc, l'impact de l'action de toutes ces générations d'hommes sur les Créatures animales, végétales et sur l'espèce humaine?
Autant l'homme a besoin de plus d'espace pour asseoir son autonomie et exercer sa science!
Pour autant, lui même et son environnement immédiat, souffriront de toutes les conséquences de son hégémonie.
En effet, pour s'assurer de meilleures conditions d'existence, l'homme primitif, a développé et aiguisé un instinct de Survie devant l'hostilité d'un milieu aride, agressif.
Mais, dès qu'il eut découvert la primauté de son intelligence sur tout le reste il comprit qu'il lui fallut beaucoup RÉFLÉCHIR.
Mais, surtout bien RÉFLÉCHIR, sous l'impulsion de cette intuition exclusivement humaine, pour se faire respecter.
Afin de mener ce dangereux combat de protection de sa petite personne, il dut alors se prémunir contre:


- la faim et la soif,
- le soleil, la pluie et autres intempéries,
- la maladie et l'ignorance,
-etc....


Pour toutes ces activités de sauvegarde de son intégrité il sut qu'il ne pouvait compter que sur ses propres aptitudes intellectuelles et physiques.
Il se rendit compte alors, que dans un milieu aussi étrange qu'imprévisible, il ne pouvait que s'exercer à être Maître de son .


C'est alors, qu'il dût se forger un mental fort pouvant contenir toute l'Avance que lui confère son Bon Sens.
Il devait alors prendre les bonnes décisions pour se sauver ou périr!
ET C'EST LA QU'INTERVIENT SON LIBRE ARBITRE!
Aussi, sa Raison ne pouvait lui permettre de se laisser aller!
Il ne devrait donc, plus attendre de miracles Divins, là où, ses seules aptitudes intellectuelles et spirituelles sont requises.


Par conséquent, autant que possible, il devra essayer de se défendre seul, en prenant ses propres initiatives.
Évidemment, face à tout ce qui est humainement impossible, l'homme se verra OBLIGÉ de s'en remettre à plus Puissant que lui, ALLAH.
Bien sûr, le concept de «Destin», comme d'ailleurs tous les autres qui sont empreints de religiosité, continueront d'être entretenus dans le flou du «mystique».
Il reste clair cependant que la DESTIN-ation FIN-ale de tout Début, c'est son Aboutissement.
Mais nous ne connaissons de notre bon Dieu, aucune limite.
Notre Créateur ALLAH est bien le symbole de l'infinie éternité!


IL est l'Unique Unificateur.


Depuis toujours, Ses Créatures se sont renouvelées par générations successives.
Et elles ont fait beaucoup d'efforts pour assurer leur survie du moment.
D'où une action permanente exercée par ces hommes sur la nature.
C'est ainsi que l'homme a pris des initiatives décisives pour améliorer sa condition de vie.
De telles décisions sont d'abord orientées par l'instinct animal qui sommeille en chacun de nous.
C'est par la suite que notre intelligence se réveille.
Ainsi, par le choix que nous offrent les ressources transformables, elle nous fait profiter des meilleures formules possibles.


L'homme est donc doté d'un Pouvoir d'actions sur lui-même et sur son environnement.
Il détient en effet, une très forte énergie libértrice des forces du Mal de l'Obscurantisme qui, de l'intérieur, rongent et étouffent tout le Bien et la Clarté d'un Esprit Sain.
Cela découlera de sa Détermination et sa Volonté de toujours chercher à être meilleur que soi même!
Sa compétition commencera ainsi, avec lui même, contre ses propres tares, par un Djihad NAFS.
Il a aussi, la capacité de changer le cours normal des choses.


C'est ainsi que son intelligence lui a permis:
-de dévier l'écoulement des fleuves et,
-d'édifier des aménagements hydroagricoles pour produire de manière plus efficiente son alimentation.
L'édification de barrages hydroéléctriques a également facilité sa sortie du sombre archaïsme pour accéder aux délices d'une vie moderne moins pénible.
Oui, pour l'accession à une existence qui exige moins d'efforts physiques, pour une qualité de vie supérieure, par la maîtrise de ses moyens de production
Son ingéniosité lui a donc fait comprendre que:
-l'agriculture pluviale est aléatoire,
-la maîtrise de l'eau rend l'agriculture plus fiable,
-la mécanisation et la fertilisation des sols augmentent considérablement les rendements agricoles.
Le développement des hautes technologies a également conduit à la construction d'outils de communication modernes tels que les satellites suspendus dans le ciel.
Des moyens matériels et chimiques ont également été mis en oeuvre pour nos besoins de santé physique et mentale.
L'éducation et l'instruction ont ainsi permis le développement des sciences humaines.
Aussi, le progrès de la Science a fortement favorisé l'espérance de vie de toutes les espèces vivantes.
Dieu a donc laissé à l'homme le LIBRE ARBITRAGE de ses choix stratégiques, pour organiser son meilleur devenir social.
Il faudra cependant noter que toutes nos actions individuelles inter agisissent.
Elles s'enchevetrent et très souvent, produisent des résultats autres que ceux attendus.
Ceux-là sont l'objet des multiples interprétations, allant du mysticisme au surhumanisme.
Alors que, de toute évidence, tout ceci se déroule dans le monde de l'homme.
En vérité, la place de notre Bon Dieu est ailleurs que dans cet espace humain, oû IL n'a rien à faire; IL y serait de trop.
Elle ne peut être qu'au delà et en dehors de cet Univers qu'IL a fini de mettre en place avec l'installation de ses Mondes.


Le DIVIN ne se mélange point à l'HUMAIN.
Dieu n'agissant jamais en lieux et place de l'homme!
Par ce qu'Allah l'aurait outillé de ressources spirituelles suffisantes pour qu'il se débrouille seul.
Fort de ce Pouvoir, il a le choix de s'organiser rationnellement pour assurer son autonomie et son autosuffisance, selon ses aptitudes.
Le cas échéant, il peut aussi décider, ou être contraint de rester un homme ordinaire, dans la grande meute sociale.
Nous Réfléchirons alors:
-par et pour nous mêmes ou,
-l'autre le fera pour lui même et nous autres.
C'est ainsi que des actes posés par autrui se prolongent dans nos vies, avec des conséquences inattendues.
Ceux que nous-mêmes accomplissons, comportent eux aussi, des répercutions positives ou négatives sur nous mêmes et les autres.
Aussi, les effets proches ou lointains de la combinaison de toutes ces actions, produisent de l'énergie difficilement contrôlable par un seul individu.
Or, cete force énergétique dégagée par l'Être humain en puissance est elle même, encore plus handicapante.
Hé oui, la puissance intrinsèque de l'homme est de loin inégalable à l'arme nucléaire dont, lui seul détient le contrôle.
C'est pourquoi, nous considérons que le Destin de l'Homme, ce n'est pas sa Mort.
Mais plutôt que, le Destin de sa Vie est sûrement sa Mort.
Cependant, l'homme survit et meurt en réalisant son Destin.
Et cette réalisation ne sera parfaite qu'avec l'extinction de son espèce.
Après qu'il aura réussi à résoudre la GRANDE ÉQUATION VIE, sa mission sera ainsi achevée!
Pour enfin, laisser place à notre Créateur, la liberté d'appliquer toutes les décisions qu'IL lui plaira de prendre.
Et ce, par rapport aux mondes de l'au-delà, tels que précisés dans les Livres Saints.
Les RELIGIONS se révèlent donc Régulatrices Sociales.
Car elles sont les seules à prévenir l'homme d'un au delà oû nos bonnes ou mauvaises actions sont sanctionnées.
En effet; elles banalisent notre Vie active en donnant beaucoup plus d'importance, à celle après la Mort.
Cette croyance nous aide:
-à devoir nous suffire et nous contenter de, ce que nous avons, et ce que nous sommes,
-au détriment de ce que nous voulons, de ce que nos capacités ne nous permettent pas et de ce que notre animalité nous recommande.
Nous sommes tous nés égaux, mais vivons dans la différence!
Nous le demeurons également devant notre bon Dieu!
Ainsi, notre espèce se trouve constituée de divers individus conçus, chacun, singulièrement, dans des espaces et temps particuliers.
Aussi, nous ne pourrons jamais, tous être pareils. Cela est impossible!
Il faudrait donc bien admettre nos Différences individuelles!
L'homme agit, et sur lui-même et sur son prochain et vice versa.
Il agit en même temps sur la nature qui interagit d'une façon qui lui est méconnue.
Car tous les deux, sont des espèces qui jouissent d'une âme vivante.
Chacune de ces deux Àmes accomplissant cependant une mission spécifique à ses qualités!
Toutes deux dégagent de l'énergie positive comme négative.
L'homme arrive toutefois à marquer sa supériorité.
Et ce, par des actions de souveraineté exercées sur Tout ce qui semble s'opposer à l'édification de sa commodité vitale.
Il a si bien conquis et asservi les mondes de l'Univers!
Qu'il s'est aujourd'hui arrogé le droit à un devenir moderniste et progressiste, purement humaniste!
C'est ainsi que, chaque situation vécue devrait être considérée comme faisant partie de notre Destin.
Ce fût alors, notre Destin d'avoir été acteur dans de pareilles scènes!
L'accepter comme tel, résoud, au moins l'équation de notre particularité et singularité par rapport aux autres.


Cela nous permet aussi d'accepter que l'on n'est pas:
-autre que soi même, ni,
-plus que soi meme.
Que l'on n'est surtout pas cet autre que nous croyions ou souhaitions être.
En vérité, nous ne valons que ce que nous sommes dans les réalités sociales ou humaines.
Oui , à ce moment là, où nous nous retrouvons tout dans l'esprit de tout le monde, dépouillés de toute vanité!


Hélas, à cet instant nous découvrirons à nouveau, la simple expression de notre nature si imparfaite, fragile et fébrile!
Par conséquent, tout homme libre et intelligent, devrait profiter de toutes occasions pour:
-corriger et mettre a niveau ses insuffisances et inadaptablités en renforçant son humilité,
-confirmer ses attitudes positives en poursuivant ses bonnes oeuvres de générosité,
-combattre le mal qui dort en chacun de nous, par du Djihad NAFS comme arme spirituelle.
Certes, nous n'avons pas tous, les mêmes aptitudes, mentale et physique.
Et justelent, c'est en celà que se manifestent nos différences fondamentales.
Chacun de nous devant de ce fait, honnêtement assumer le Destin de sa vie.
Pour ce faire, nous devrons chercher:
-à bien nous comporter, et
-à nous donner les chances de faire face à la réalité de notre vraie personnalité.
Ainsi, nous assumerions mieux notre propre souveraineté, chacun, selon:
-ses spécificités propres, et
-valeurs intrinsèques.
Nous nous valons tous, en qualités et défauts!
Dans une complémentarité oû l'un représentant tout ce que l'autre n'incarne pas!
Aussi, pour bien vivre notre solidarité, il suffirait tot simplement, que chacun de nous se reconnaisse dans la limite des libertés de mouvements de l'autre.
Nous avons donc le devoir de développer nos facultés d'adaptation en toutes circonstances.
Par ce que nous ne pouvons pas passer tout notre Temps à nous plaindre et nous larmoyer sur notre sort.
Cela ne servirait évidemment qu'à noyer notre chagrin dans un océan de douleur insatiable.
Le Destin de l'homme n'est jamais une fatalité en soi.
Il doit être positivisé à bon escient pour fournir le meilleur du possible.
Car, en définitive, ce Destin est le résultat de nos actions, réactions et interactions passées et présentes.
Il se réalise en effet dans le futur de notre présent!
Mais il se constate dans le présent de ce futur!
Toutefois; il peut se révéler très radieux!


Dans ce cas, nous devrons veiller à demeurer humble dans la plate simplicité!
Sachant qu'un minimum d'incertitude en tout; devrait nous inciter à la prudence.
Car dans la Vie, rien n'est jamais, définitivement acquis.
D'autant que nous ne maîtrisons rien de tout ce qui va nous arriver.
Car l'action de tous les hommes s'entremélent dans un système que, seul notre bon Dieu:
-contrôle à l'absolu,
-pendant qu'IL ne participe pas aux activités qui s'y déroulent.
Alors, nous devons toujours apprendre à progresser en essayant de surpasser nos limites raisonnables.
Aussi, notre principal problème sera d'abord la résolution de nos contradictions personnelles et intimes!
C'est pourquoi il nous
est très important de Savoir:
-qui nous sommes,
-qui c'est l'autre, et
-qui est notre Créateur.
Par ce que, dans le réel de notre quotidien, notre vie se trouve coincer:
-dans la loi de tout ce qui n'est pas nous mêmes et qui nous concurrence dans le temporel et,
-dans cette autre divine qui nous contraint à une existence plus apaisée, avec les promesses d'une vie éternelle.
C'est donc, dans cette complexité que se nouent et se dénouent nos Destins individuels.
C'est ainsi que, lorsque le Destin s'acharne sur nos pauvres Àmes, de l'énergie négative se produit.
Elle nous asphyxie par son venin de désarroi et de dépit, d'intolérance et de desseins tragiques.
Alors nos mauvaises pensées se traduisent en actions nuisibles.
Elles nous envahissent l'existence, comme les herbes qui empêchent les bonnes plantes de bien pousser.
Les affres du Destin ont bien l'intelligence de nous étrangler et réveiller notre animalité.
Aussi, nous subissons tous, le Destin de notre condition humaine dans:


-nos maladies,
-nos handicaps et,
-nos divers malheurs.


Nous le vivons également, dans la belle humeur d'une réjouissance qui nous adoucit l'existence, sans commune mesure.
Il peut être également une force supérieure qui nous cloue au pilori de l'immobilisme.
Une énergie qui sait nous rendre aigris, jaloux et rancuniers.
Notre vie est bien la scène de nos bonheurs et malheurs.
Mais ho, combien elle se révèle imprévisible et pleine:


-d'incertitudes,
-d'inattendus,
-d'originalités,
-de conformismes et,
-de banalités.


Chaque instant vécu étant unique, et ne pouvant se reproduire!
Chaque acte posé s'inscrivant définitivement dans la comptabilité de nos faits et gestes.
Finalement, notre vie est le livre de nos comptes qui y sont tenus à partie double, dans lequel tout débit est égale à un crédit.
Nous y inscrivons la totalité de nos bienfaits et méfaits.
La vie est bien la deuxiéme réalité, après la Mort!
Rien ne s'y égare et tout s'y paie cash!
Elle mérite donc, d'être vécue avec tout le respect dû à un redoutable adversaire.
Elle nous donne en outre, l'opportunité de subir et développer le génie qui dort en chacun de nous.
Elle est la scène oû l'exercice du Pouvoir, du Savoir et de l'Avoir produit des situations individuelles d'échec et de réussite.


L'expérience tirée des effets sociaux découlant de pareils événements devrait normalement nous inciter à apprendre:


-à Encaisser les malchances qui nous accablent et,
-à bien gérer notre chance d'être soulagés de nos difficultés morales et physiques.
La vie nous offre ainsi la faveur de pouvoir nous relever dignement de nos malheurs.
Elle est également l'occasion de nos belles réjouissances et allégresses.
Car c'est dans la Vie que nous trouvons les matériaux qui fortifient la construction des valeurs civiques de l'homme:
-libre et indépendant,
-prévenant et responsable,
-respectable et respectueux.
L'homme accompli se juge par la qualité de sa force de réaction mentale face à toutes imprévisibilités qui s'opposent à lui!


L'Esprit humain est tellement Puissant qu'il laisse croire l'existence d'une Vie antérieure de son âme!
Notre Esprit sait voyager dans le temps et l'espace!
Mais l'Esprit est UN, comme du reste, la Matière est UNE.
L'un est corps physique, l'autre, substance psychique!
Celui-là est périssable, et celui-ci impérissable!
L'Impérissable symbolisant l'infinie éternité (DIEU Créateur Universel)!
Le Périssable, cette vie finissante et éphémère des Choses (les Créatures Temporelles)!
Voilà donc, la loi universelle sur la base de laquelle notre bon Dieu a construit Ses mondes:
-en matiériel contenable et,
-en immatériel non contenable.


Il s'agit de:
-la Matière (tout corps tangible et solide) et,
-l'Esprit, (toute substance non quantifiable, intangible et invisible).
Toutefois, il reste évident que le Destin de toute VIE, c'est bien sa MORT!
Cependant, cette Mort n'est point l'affaire du mourant mais plutôt celle des VIVANTS.
Par contre, l'homme est PRÉ-DESTIN-É à Mourrir.
Mais, son Destin l'engage plutôt à la PROCRÉATION!
C'est à dire la transformation de tout ce qui est déjà Créé par Allah!
Et ce, pour le progrès de l'humanité et de la science.
Étant entendu, que notre bon Dieu demeure l'Unique CRÉATEUR!
Il devient alors constant que le problème de la Création des Naissances et des Morts ne concerne que Dieu.
Donc, c'est bien LUI qui en détient Absolument, toutes compétences et tous Secrets!
Dès lors, l'homme naturellement incompétent pour ces deux domaines essentiels, se trouve simplement Capacité à Survivre.
C'est ainsi que, la qualité de son EXISTENCE caractérise sa VIE de STOÏQUE ou autres singularités spécifiques à la résilience!
Elle pourra aussi être qualifiée de FRAGILE ou autres attitudes défaitistes ou de lâcheté!
Il est donc impératif à chacun de nous tous, d'apprendre à être Maître de Soi et du Jeu, dans le théâtre social.


Ce doit même être un objectif à atteindre pour devenir un HOMME LIBRE ET INDÉPENDANT!
C'est justement cette audace à penser pour et par soi même d'abord, qui aide à l'introspection.
Car il est primordial de très vite se rendre compte que la Mort consume progressivement la Vie!
Et que l'homme meurt tout doucement, souvent sans savoir pourquoi il était en Vie!
Tout ce qu'il en sait, se résumant à ce que rapportent les Livres Saints!
Alors que son temps de vie est trop court!


Mais pour autant, si précieux qu'il ne doive le perdre à seulement, se préparer à une <évidence certaine>.
Notre Vie devrait être Utile au progrès de l'humanité toute entière.
Notre Mort ne devrait pas aussi ressembler à une quelconque disparition de créatures vivantes.
Hélas, la vie et la fin de vie de certains hommes s'apparentent tristement à celles d'Êtres peu signifiants!
Et ce, malgré les positions occupées dans notre système sociétal.
Nous ne vivons pas donc pour nous encombrer de l'idée de notre mort prochaine.
Comme nous ne devons pas aussi vivre pour la vanité de nos privilèges!
Nous vivrons alors pour apprendre à parfaire notre EXISTENCE par des Procréations profitables pour nous et notre postérité.
Pour ce faire; il nous suffira d'abord, d'arriver à Vivre en Paix avec nous mêmes et les autres.
De ce fait, il nous faudrait apprendre à remplir nos Vies par une Existence sereine et apaisée à l'abri de toutes agressions sentimentales et physiques.
Alors pourquoi s'embarrasser d'une mentalité improductive!
Oui, MAL RÉFLÉCHIR enferme notre Esprit dans la médiocrité!
Mais, BIEN RÉFLÉCHIR rend nos pensées constructives de vies plus humanisantes.
Une réflexion positive ou négative nous ouvre ainsi, la possibilité de choisir entre deux voies avec des DESTIN-ATIONS opposées.
C'est pour dire que, tous les hommes participent directement ou indirectement, à la réalisation de leur DESTIN.
Il reste bien entendu que c'est le DESTIN RATIONNEL qui relève de la décision humaine.
Celui Divin IRRATIONNEL se trouvant hors de portée de la Raison Humaine!
Percer et Expliquer le MYSTÈRE DIVIN demeure cependant, la Raison de notre quête existentielle.
Pour les besoins de notre sécurité, nous devons nous efforcer à rechercher la VÉRITÉ sur tout ce qui arrive à l'homme.
Car, Il est trop facile et très hypocrite de cacher notre paresse ou incompétence intellectuelle derrière la puissance divine, sans faire les efforts de compréhension nécessaires.
Mais pour autant, il n'est pas évident de s'élever à un niveau de reflexion élitiste réservé aux grands Esprits.
Cela s'annonce souvent comme une façon de défier l'autorité ordinaire dans son règne social.
Il faudra en effet beaucoup d'audace et de courage, pour ce faire.
Car, Assumer son Destin est finalemenr un acte de souveraineté individuelle!
En vérité, Dieu permet à l'homme de DOUTER de Tout pour faire progresser ses connaissances théologiques, scientifiques et techniques.

Saint louis le 12/07/2018

Pap Ndoy

 

Pénurie d'eau à Dakar, vers des émeutes de la soif ?
Cécile Thiakane -Actrice et ethicienne du développement social

Depuis quelques jours, l'eau ne coule plus à flot à Dakar et sa région


Depuis quelques semaines, un phénomène déplorable secoue l'agglomération de Dakar. Les populations manquent cruellement d'eau ! Les grandes chaleurs sont imminentes, les populations ont soif et cherchent l'eau à longueur de journée... Ce précieux sésameest encore aux abonnés absents alors qu'en milieu rural et ou urbain l'eau est indispensable pour toute vie.

Cette pénurie d'eau vient s'ajouter à une longue liste de problèmes sociaux et économiques qui gangrènent le bien-être des populations. De fait, le chômage chronique chez les jeunes, reste une bombe sociale à désamorcer. On note la baisse du pouvoir d'achat pour une grande majorité de sénégalais le cortège d'incertitudes de la saison des pluies, qui commence, en termes d'inondations et de fragilisation d'habitations. Ces différents mauxassombrissent jour après jour le moral des ménagessénégalais...

Malgré un taux de croissance affiché à plus de 5%, depuis quelques années, faire face à des urgences de survie, est devenu le lot quotidien d'une frange non négligeable de la population L'on peut tour à tour citer la faiblesse des revenus, un accès sporadique à l'eau, chômage persistant inhibant l'accès au logement décent, au système de soins sans omettre l'accès au système éducatif et de formation pour adultes...
« La croissance ne se mange pas et ne se boit », me disait récemment lors d'un récent échange un natif de la zone de Mbeubeuss. Si elle ne revêt pas les habits de l'inclusion, la population, bien qu'étant constituée d'adeptes du « mougne » (supporter en wolof) ne restera,visiblement endormie dans un lit d'opium. C'est la paix sociale qui est en jeu à travers le défi gigantesque que représente une eau potable en quantité et en qualité, à un prix abordable pour tous.

Le défi d'une eau potable en quantité et qualité pour tous


La quête d'efficience dans l'allocations des ressources de l'Etat, obéit certes à des arbitrages complexes toutefois, certaines décisions stratégiques ont vocation à avoir des impacts sur des durées, parfois hors de portée de l'horizon temporel du décideur. L'avoir en tête permet une acuité et une priorisation des chantiers, au-delà de toute logique partisane ou clientélisme.Oui, le réseau d'infrastructures de transports nécessite d'être massifié, oui la construction d'unearène dernière générationpeut permettre de professionnaliser l'écosystème de la lutte sénégalaise, ce sport bien de chez nous. Ces investissements ne sont pas de « mauvais »en soi pour bon nombre de citoyens, mais quel est leur degré d'urgence face à des populations qui ont un cruel besoin d'étancher leur soif. Une eau saine, disponible pour tous aussi bien en zone urbaine qu'en zone rurale ne tolère aucune approche en silo.

Au cours des douze derniers mois, il a été donné de constater que dans beaucoup de localités de l'agglomération dakaroise, d'aucuns passent des nuits blanches pour chasser les précieuses gouttes d'eau du robinet. Dans ce grand pôle urbain, où le nombre d'habitants ne cesse de croitre, avec un habitat en immeuble qui s'accélère, il est urgent d'imaginer la corvéeque vivent les occupants des étages supérieurs. La pression de l'eau, assez faible, ne favorise pas un accès optimal à l'eau pour ceux qui habitent en hauteur. Combien de ces immeubles disposent de réservoir d'eau pouvant être utilisés par les occupants en cas de coupure ? A cette rareté s'ajoute aussi le déficit de qualité. Dans des localités comme Guédiawaye, l'eau qui coule du robinet est souvent de couleur ocre. Sachant que les populations n'ont pas d'autres choix que de la consommer, le problème de santé publique posé est crucial. La consommation d'une eau malsaine reste la première source de maladies et de mortalité en Afrique Subsaharienne.

La SDE (Sénégalaise des Eaux) en charge de l'exploitation, de la production et de la distribution de l'eau dans l'agglomération dakaroise a remporté le prix de la société de l'eau de l'année en mai 2018. « Water Utility of the Year Awards ». Pendant ce temps, les populations,censées être les premières bénéficiaires des services de la SDE,souffrent du manque d'eau depuis beaucoup trop longtemps.

Cette situation interroge d'une part sur les critères d'attribution dece prix et d'autre part sur les indicateurs de performance et de qualité dudit prix. Cela montre aussi le fossé entre l'expert convaincu de détenir la vérité et l'opinion et d'autres préoccupations des populations confrontées régulièrement à ce problème récurrent de l'accessibilité de l'eau pour les ménages au Sénégal.


Soutenir, accroitre les investissements et accélérer la réalisation des infrastructures, doivent rester au cœur de la stratégie du PSE (Plan Sénégal Emergent) pour éradiquer durablement le déficit d'accès à l'eau potable au Sénégal. La démographie galopante que connaît notre pays fait appel à une nécessaire mise à niveau pour s'adapter et prévoir des plans B. Fournir l'eau en quantité et en bonne qualité devrait être une préoccupation majeure dans nos payspour nous défaire de toutes ses maladies bénignes qui tuent encore beaucoup trop de personnes en Afrique Subsaharienne.

Les investissements et travaux de la SDE, l'Etat du Sénégal et leurs partenaires pour renforcer l'accès à l'eau potable dans la région dakaroise à l'horizon 2025-2030 sont à considérer. En attendant les populations assoiffées sont abandonnées à leur triste sort. Une communication de crise pour les rassurer et leur démontrer que leurs préoccupations sont au cœur des prises de décisions des autorités compétentes, jumelées à des solutions de substitution plus fréquentes et plus justes pourraient en attendant être des éléments de réponse et d'apaisement.


Dans un Sénégal en quête d'émergence, fermer les vannes de l'eau, c'est se priver d'un levier d'essor socio-économique inestimable. Il n'est plus à démontrer que relever ce défi, c'est aussi promouvoir une croissance économique accélérée, un développement durable, une meilleure santé, et la réduction de la pauvreté in fine...

Vers des émeutes de la soif ?


Des scènes de bousculade pour avoir la « chance » de remplir quelques bidons d'eau, se multiplient dans la région dakaroise.On y note des échanges tendus avec les forces de l'ordre et ces populationsinquiètes et désabusées par cette désastreuse situation...Celle-ci pourrait dégénérer car elle traduit uneprofonde lassitudede la population. L'eau est vitale, sans elle, aucun homme ne peut vivre dignement. En être privé, peut générer de violentes manifestations. Les émeutes de la soif pourraient être plus virulentes que celles de la faim, d'il y a quelques années. Il est de notoriété publique que le Sénégal est un pays de paix, alors qu'il le reste pour l'éternité. Mais soyons conscients qu'il existe un réel distinguo entre une paix clamée et une paix réclamée. Même si le « mougne » est la vertu la mieux partagée, les indignations de ces populations, privées d'un droit fondamental, qui est celui de l'accès à une eau potable, naviguent sur un balancier entre les deux dimensions et semble être un cri de cœur pour inclure leurs attentes, et celles d'une majorité dans les politiques nationales.
N'est-ce pas là tout le challenge du Dirigeant Homme d'Etat dans ses prises de décisions ?

Cécile Thiakane
Actrice du développement social
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Page 1 sur 237

logotwitterFacebook