Economie

LES FRERES SALL OU LE TEMPS DES MALFRATS AU SENEGAL «Une gouvernance bâtie sur le mensonge, c'est comme un prestidigitateur : l'illusion ne dure qu'un temps

 

LES FRERES SALL OU LE TEMPS DES MALFRATS AU SENEGAL « Une gouvernance bâtie sur le mensonge, c'est comme un prestidigitateur : l'illusion ne dure qu'un temps » Les révélations explosives du journal BBC sur le scandale du siècle portant sur des rétro commissions et un système de passe-droits sur le pétrole et le gaz au Sénégal révèlent une corruption d'une ampleur inouïe, des pratiques mafieuses de captation des deniers publics et un véritable banditisme d'état sous le magistère de Macky SALL. Alors qu'on n'a pas fini d'épiloguer sur le carnage financier du PRODAC, un scandale à 29 milliards de F CFA, c'est toute la théorie de la gouvernance sobre et vertueuse chantée sous tous les cieux depuis 2012, par Macky SALL qui s'effondre, comme un château de cartes avec l'affaire PETROTIM.

Dans une vidéo documentée (des montants précis sont fournis) et accablante pour ALIOU Sall (frère de Macky Sall), BBC met à nu un incroyable système de prédation des ressources d'un pays classé parmi les plus pauvres du monde, par un clan aux commandes du Sénégal : les SALL. A l'instar de WATERGATE (un scandale qui a eu pour conséquence la démission du Président Nixon aux USA en 1974), le Pétro TIM GATE éclabousse directement Macky SALL qui a placé son frère Aliou SALL (qui bénéficie d'une immunité d'exécution), à la tête de la Caisse des Dépôts et Consignations, une institution qui brasse des milliards de F CFA et ne fait l'objet d'aucun audit sérieux de la part des corps de contrôle soumis au pouvoir exécutif, qui ont totalement failli à leur mission.

Le népotisme effarant de Macky Sall, est la source de toutes les dérives de son frère Aliou SALL, qui ne se fixe plus aucune limite. Avec le PETRO TIM GATE, Aliou SALL est pris en flagrant délit, les mains dans le cambouis. La thèse évoquant un soi-disant complot de BBC n'intéresse personne. Macky SALL peut jouer les matamores au Sénégal, et se proclamer roi ou que sais-je, Empereur en Afrique, il n'a aucun pouvoir de définir ou d'orienter la ligne éditoriale de BBC. Pour une raison simple : la Grande Bretagne n'est pas le Sénégal. Il n'y a pas que BBC pour accabler le régime de Macky SALL. En 2018, le très sérieux journal the ECONOMIST avait tiré la sonnette d'alarme sur les multiples dérives du Prince SALL évoquant les nuages sombres qui s'amoncelaient sur la démocratie sénégalaise (emprisonnement de Barthélémy Diaz, de Khalifa Sall, exil de Karim Wade, assassinat de l'étudiant Fallou SENE, etc....).

En réalité, les gesticulations d'Aliou SALL annonçant une plainte contre BBC peuvent prêter à sourire. Toutes les explications du monde et de la presse du palais appelée à la rescousse pour étouffer ce carnage financier innommable, toutes les justifications d'Aliou SALL pour se disculper (le salaire que je percevais est légal, ou encore le contrat Pétrotim a été signé par WADE), lors d'une ridicule conférence de presse, ne suffiront pas à travestir la réalité dans cette affaire. Aliou SALL peut raconter des sornettes aux sénégalais, mais pas aux occidentaux. BBC lui a bel et bien donné l'occasion de s'expliquer dans cette affaire (tous ceux qui ont regardé la vidéo ont constaté que le communiqué d'Aliou SALL a été repris par BBC, de même que celui de ses avocats). Alors que plus de 40% de sénégalais vivent dans la misère, que la famine frappe aux portes du monde rural et que le Sénégal connait une crise de liquidités sans précèdent, Macky SALL (qui vient de réaliser un hold up électoral lors des présidentielles de 2019) et son frère Aliou SALL insouciants, arrosent leur clan et s'adonnent à un festin indécent, à coups de milliards de F CFA. Sur le dos du peuple, avec la complicité d'une partie des élites corrompue, adepte de la politique du ventre.

Ce scandale prouve que le Sénégal est entre des mains inexpertes depuis 2012 (un régime d'amateurs). L'heure des comptes approche pour le clan des SALL. Lentement mais sûrement.

Seybani SOUGOU – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  Robuste intellectuel franco-sénégalais; lanceur d'alerte pour la veille citoyenne.

Bruno le maire, ministre de l’économie de la Ffrance :  «C’est faux de dire que le F CFA n’est pas un bon modèle de développement»

            

Apportant une réplique aux détracteurs du franc Cfa, le Ministre français de l’économie, des finances et du plan Bruno Le Maire a estimé qu’il est faux de dire que le franc Cfa n’est pas un bon modèle de développement. Il s’exprimait hier, vendredi 29 mars lors d’une conférence de presse avec son homologue sénégalais, Amadou Ba, organisée dans le cadre de sa visite à Dakar.

 

Selon lui, les résultats de la zone franc ont montré qu'il y a des pays qui ont très bien réussi. « Je le dis pour tous ceux qui critiquent le franc CFA, qui nous disent qu'on ne peut pas réussir économiquement dans le cadre de la zone franc, c'est faux de dire que ce n'est pas un bon modèle de développement», soutient-il.

 

Pour Bruno Le Maire, le Sénégal et la Côte d'Ivoire sont deux exemples très convaincants de réussite dans cette zone qui apporte de la stabilité et des garanties aux investisseurs. «Ces deux pays ont, au cours des dernières années, enregistré les meilleurs résultats économiques», a-t-il conclu.

 

SudOnline

Quand DSK se lance dans le débat sur le franc CFA...

 

Quand DSK se lance dans le débat sur le franc CFA...
| Par Victor Bérenger jeuneafrique

Le franc CFA déchaîne les passions. © Adria Fruitos pour JA


Dans un document de 29 pages, Dominique Strauss-Kahn présente son analyse de la Zone franc et fait une série de proposition de réformes. L'ancien directeur du FMI plaide pour modifier en profondeur le fonctionnement du franc CFA, dont les inconvénients fragilisent selon lui les économies de la région.


Dominique Strauss-Kahn a publié vendredi 13 avril une note intitulée « Zone franc, pour une émancipation au bénéfice de tous », dans laquelle il expose ses propositions de réforme du franc CFA. L'ancien directeur-général du FMI – qui conseille dorénavant des gouvernements, et notamment le Congo-Brazzaville comme le révélait en août 2017 l'hebdomadaire français Challenges – souligne la bonne performance de la Zone franc au niveau macroéconomique, grâce à la garantie dont elle bénéficie. Mais il estime que « le problème politique devient de plus en plus sensible comme l'ont montré les protestations de l'été 2017 ».


Des limites de la Zone Franc


« Les choix monétaires ont une dimension technique incontournable. Mais ils procèdent toujours, par ailleurs, d'un choix politique », écrit DSK. « Le caractère inexprimé du lien politique ne peut que favoriser un doute identitaire au sein d'une Afrique dont le rapport au passé colonial est particulièrement complexe et difficile à expliquer. »
En plus de « certains aspects pratiques [qui] nourrissent en Afrique le soupçon de néo-colonialisme » – dénomination « franc », dépôt des réserves auprès du Trésor français -, la Zone franc présente plusieurs défauts « qui en limitent les potentiels bienfaits », note l'ancien directeur-général du FMI. Il pointe notamment la quasi-impossibilité de modifier la parité et l'absence de dissociation entre les régions d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale.


La France assume, seule, un risque financier non rémunéré, pour lequel l'opinion africaine ne lui accorde guère de crédit
De même, « la détention de réserves africains, [...] ne représente pas l'avantage que certains imaginent ». Ainsi « la France assume, seule, un risque financier non rémunéré, pour lequel l'opinion africaine ne lui accorde guère de crédit et dont le bénéfice commercial est partagé avec toute la zone euro », juge l'ancien ministre français de l'Économie. « L'avantage tiré de la parité fixe CFA-euro s'étend aux autres pays de la zone euro (qui ne participent à la couverture du risque », écrit-il encore.


Une autre limite de la Zone franc, selon DSK, est celle de la faiblesse de l'intégration régionale :« Le marché commun est encore inachevé en Afrique de l'Ouest (région dotée de traditions d'échanges) et il est demeuré en grande partie nominal en Afrique Centrale (régions de forêts aux échanges traditionnellement limité et, aujourd'hui, sous l'empire de la rentre pétrolière) », écrit-il.
Une réforme en profondeur du Franc CFA


DSK s'inquiète d'une réforme du franc CFA qui ne serai que cosmétique. « Les symboles du lien avec la France sont autant de sujets permettant de changer à peu de frais l'image du franc CFA », mais ces modifications laisseraient en l'état les faiblesses de la Zone franc et rendraient les modifications de la parité encore plus problématique, affaiblissant les petits pays.
En conséquence, Dominique Strauss-Khan recommande une réforme plus en profondeur de la Zone franc. Il propose notamment la réattribution des sièges de la France au sein des instances des banques centrales africaines à des administrateurs internationaux indépendants, l'ancrage à un panier de monnaie plutôt qu'à l'euro, une meilleure coordination économique des économies de la région et un processus d'élargissement de l'Uemoa, notamment au Ghana.


C'est aux termes des Traités l'Union européenne qui est compétente en matière d'accord de change


Pour mener à bien ces réformes, 3 conditions pour DSK : une amélioration du dialogue avec les autorités africaines, « une communication mettant l'accent sur le renforcement de la monnaie » et une meilleure association des partenaires européens ainsi qu'une promotion de la coopération entre la BCE et les banques centrales africaines, rappelant que « c'est aux termes des Traités l'Union européenne qui est compétente en matière d'accord de change, non point ses États-membres ».


À lire aussi


• Zone CFA : aide de la France au Congo-Brazzaville et à l'Afrique centrale
• Franc CFA : « Un consensus est en train d'émerger autour de l'ancrage à un panier de devises »

Propositions de DSK sur le franc CFA : quand « Docteur Strauss » et « Mister Kahn » se contredisent

 

Par Jeune Afrique

Dominique Strauss-Kahn, lors de sa nomination à la tête du FMI, en 2007. © MICHEL EULER/AP/SIPA


Le rapport de Dominique Strauss Kahn sur le franc CFA continue de faire des vagues. L'économiste Kako Nubukpo, ancien ministre togolais de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques, estime que l'argumentaire de l'ancien directeur du FMI, s'il est parfois pertinent, pêche par manque de cohérence.


Le rapport publié le 13 avril dernier sur le franc CFA par Dominique Strauss Kahn intitulé « Zone Franc : pour une émancipation au service de tous » est intéressant à plusieurs égards.
Pertinence et manque d'élégance


1. C'est la première fois depuis bien longtemps qu'un (ex) officiel français ayant exercé des responsabilités de premier plan dans les domaines monétaire et financier – ancien ministre de l'Économie et des Finances, ancien directeur général du Fonds monétaire international – accepte de sortir du tabou monétaire françafricain. Son rôle de plus en plus assumé de conseiller de plusieurs Chefs d'Etats africains a dû certainement contribuer à ce « passage à l'acte ».

2. Monsieur Strauss Kahn reconnaît la pertinence de l'essentiel des critiques portées à l'encontre de la Zone Franc, même s'il n'a guère l'élégance de rappeler dans le corps de son texte, long de quelque 29 pages, que les économistes africains se sont largement emparés, et ce depuis fort longtemps, du débat.


Seuls ont eu grâce sous sa plume des auteurs français – lesquels, au demeurant, se sont souvent nourris des travaux des économistes africains – ce qui, paradoxalement, affaiblit son argumentaire censé sortir la France d'une forme de provincialisme désuet.
On l'aura compris, pour ce qui concerne la « libation » intellectuelle, il faudra donc repasser. Les deux ouvrages (co) publiés par des auteurs africains mentionnés dans sa bibliographie, prouve cependant qu'il en avait bel et bien connaissance.


L'économiste et le politique


3. Sur le fond de l'argumentaire, Monsieur Strauss-Kahn s'est livré à un exercice impossible d'un point de vue intellectuel. À savoir, d'une part, essayer d'analyser la gouvernance et le fonctionnement de la zone Franc au prisme de la théorie des zones monétaires optimales, travail louable d'économiste universitaire.
Et, d'autre part, définir les modalités de sauvetage de l'influence française en Afrique sur le plan monétaire et financier, travail d'homme politique. Il en résulte une dialectique des contraires sous-jacente, « Docteur Strauss » contredisant régulièrement « Mister Kahn ».
4. Florilèges : alors même que son rapport s'intitule « Zone Franc, pour une émancipation au bénéfice de tous », il n'hésite pas à recommander la tenue annuelle d'un Sommet de chefs d'États de la Zone Franc, incluant le président de la République Française. Drôle d'émancipation qui se traduirait par la mise en place d'un Sommet Françafrique monétaire, près de soixante ans après les indépendances africaines !

Une telle recommandation semble d'autant plus paradoxale que l'auteur propose dans le même temps le remplacement des représentants de la France au sein du conseil d'administration des deux principales banques centrales de la Zone Franc (BCEAO et BEAC) par des administrateurs indépendants.


À la limite, il eut été plus logique que l'auteur proposât la tenue d'un Sommet annuel « Union européenne (Zone euro) /Afrique (Zone Franc) : en effet, « Docteur Strauss » se livre à un vibrant plaidoyer en faveur de l'Union européenne qui, dans les faits, devrait prendre toute la place que lui confère en droit la décision de son Conseil des ministres du 23 novembre 1998, notamment le droit de regard sur les décisions majeures en Zone Franc telles que la modification du régime de change et/ou du périmètre de la Zone.


Sauf que dans le même temps, n'étant décidément pas à une contradiction près, « Mister Kahn » estime que la composition du panier de monnaies devrait être une décision africaine prise « en concertation avec la France ». Cherchez l'erreur...
Fixité du change et question du Ghana


5. En revanche, le choix d'un panier de monnaies, comme ancre d'une union monétaire en lieu et place du seul euro, paraît de toute évidence une proposition intéressante, portée depuis de nombreuses années [1].
Comme le souligne Monsieur Strauss-Kahn, le système actuel de fixité du change avec l'euro engendre « une addition des incertitudes », dans la mesure où la spécialisation primaire des économies de la Zone Franc au sein du commerce international, les expose à des variations erratiques des termes de l'échange, conjuguées à celles du taux de change euro/dollar.
L'auteur prend comme exemple le cas du Dirham marocain, omettant au passage de donner sa position sur la demande d'entrée du Maroc dans la Cedeao, question d'actualité évacuée de manière allusive.


6. A propos du Ghana, « Docteur Strauss » explique que ce pays, au contraire de ceux de la Zone Franc, a « massivement utilisé l'arme budgétaire », ainsi que l'outil monétaire (possibilité de dépréciation du cedi) comme instruments de réponse aux chocs affectant son économie.


Il explique en outre qu'eu égard à la taille importante de l'économie ghanéenne (deuxième économie de la Cedeao, derrière le Nigeria), il ne serait pas raisonnable d'élargir à cette économie les accords de la Zone Franc, du fait d'un risque budgétaire important devant peser sur le Trésor français.
Dans le même temps, « Mister Kahn » estime que la Zone franc devrait absorber le Ghana, incluant explicitement ce pays dans le plan d'élargissement qu'il propose à l'ensemble des États de la Cedeao hormis le Nigeria.
Monétariste friedmanien et socialiste keynésien


7. Il paraît surprenant qu'un économiste aussi compétent que Dominique Strauss Kahn n'ait pas placé au cœur de son analyse, la question de la coordination optimale entre politique budgétaire et politique monétaire – le fameux « Policy-Mix » – comme clé de voûte d'une réforme de la Zone Franc qu'il appelle pourtant de ses vœux, tout autant que la capacité de ce « Policy-Mix » à jouer un rôle contracyclique, ce qu'on attend en théorie des politiques économiques.


En effet, c'est de la volonté des dirigeants de la Zone Franc d'utiliser de manière concertée et cohérente les deux leviers de la souveraineté économique (le budget et la monnaie) qu'on peut espérer à court terme promouvoir une croissance forte, inclusive et, à moyen terme, obtenir la transformation structurelle des économies de cette Zone.
Des propositions sur l'avenir de la monnaie CFA, déconnectées d'une réflexion préalable sur le rôle de la monnaie dans une économie (notamment la question de la neutralité), sont forcément frappées du sceau d'une normativité arbitraire. Monsieur Strauss-Kahn est donc en butte à cette critique légitime.


Mais à y regarder de plus près, il ne saurait en être autrement, car « Docteur Strauss », ancien directeur général du FMI et donc grand promoteur du monétarisme friedmanien, ne peut échapper à la contradiction qu'il entretient avec « Mister Kahn », ancien ministre socialiste français keynésien par définition, sinon par conviction.

8. En définitive, Monsieur Strauss-Kahn a eu le mérite d'avoir voulu procéder à une énième tentative de sauvetage théorique et pratique de la Zone Franc. Pour ce faire, il a mobilisé plusieurs registres disciplinaires (théories de la souveraineté, théories des zones monétaires optimales, approche monétaire de la balance des paiements, théories des régimes de change, sociologie politique, histoire, etc.).
Il n'empêche, il échoue à répondre à la seule question qui vaille en définitive, celle de savoir s'il est normal que près de soixante ans après les indépendances, les États africains de la Zone Franc continuent de sous-traiter à la France les instruments de leur souveraineté, notamment la défense, la sécurité et la monnaie.


Le premier constat logique de sa quête d'émancipation « au service de tous » eut été de ne pas la rechercher à la place des Africains eux-mêmes. Espérons néanmoins que pour la partie française, ce rapport aura pour effet de sortir du tabou entourant le franc CFA, monnaie dont le traitement apparaît de plus en plus proche de celui réservé aux derniers jours d'un condamné.
[1] Le Franc CFA, un frein à l'émergence des économies africaines ? – L'Economie Politique, N°68, 2015/4, PP.71-79. Kako Nubukpo (2015)


Jeuneafrique

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...

Calendrier

« Juin 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Video galleries

logotwitterFacebook