International

Pesticides : "J'ai pollué les sols pendant 30 ans, je demande pardon aux générations futures", témoigne un agriculteur repenti-europe1

 

Christophe Piquet, éleveur et cultivateur de céréales en Mayenne, a décidé de planter 1.000 arbres. Une façon de se racheter après avoir pratiqué pendant des années une agriculture intensive.
TÉMOIGNAGE EUROPE 1


"Pendant 30 ans, j'ai dévasté". Mercredi, sur Europe 1, Christophe Piquet, éleveur et cultivateur de céréales à Azé, près de Château-Gontier, en Mayenne, a fait son mea culpa pour avoir pratiqué pendant des années une agriculture intensive et utilisé des pesticides. Car l'utilisation d'engrais chimiques n'est pas sans conséquences sur l'environnement. Fin mars, l'association de consommateurs UFC s'inquiétait ainsi de la pollution "massive" des cours d'eau causée par des pratiques agricoles intensives.
"Je demande pardon, surtout aux jeunes"


"J'ai utilisé des produits chimiques, des engrais, j'ai arraché des arbres. Toutes les bêtises qu'il y avait à faire, je les ai faites. Vous ne pouvez pas imaginer comment je regrette aujourd'hui...", assure l'agriculteur qui a pris conscience de l'effet néfaste de cette pratique il y a dix ans, lors de la naissance du premier de ses sept petits-enfants.

"J'ai usé la terre, j'ai massacré la matière organique, l'humus, dont on a tant besoin. Je demande pardon, surtout aux jeunes parce qu'ils vont en subir les conséquences"
1.000 arbres pour se racheter


Pour se racheter, et tenter de réparer cette terre, Christophe Piquet a changé de méthode. Il est passé au bio et a décidé de planter 1.000 arbres sur une parcelle de 32 hectares. "Les arbres vont puiser tous les éléments fertilisants très profonds, vont descendre la température du sol d'un degré et vont favoriser toute la vie microbienne des sols" explique-t-il. "Quand on plante un arbre, on redonne la vie. Tout démarre de là", insiste-t-il. Et d'ajouter : "Aujourd'hui, j'ai la fierté de pouvoir produire en dépolluant, n'est-ce pas formidable ?

 

Élections européennes: quatre questions pour comprendre le scrutin

 

La France bénéficiera de 79 sièges au Parlement européen à Strasbourg.AFP/Frederick Florin

Le premier débat des Européennes entre les douze têtes de liste, organisé jeudi 4 avril par France 2, a tourné à la cacophonie. Parfois au détriment du fond. L’un des enjeux principaux est pourtant de mobiliser les électeurs qui perçoivent souvent ce scrutin comme étant peu lisible.

Dans moins de deux mois, plus de 300 millions d’Européens sont appelés à choisir leurs 705 députés au Parlement européen. En France, le scrutin se tiendra le 26 mai. Enjeux, candidats, rapport de forces : le point sur ce scrutin.

 

A quoi servent les élections européennes ?

Tous les cinq ans, les citoyens sont appelés à voter pour élire leurs députés au Parlement européen. Il s’agit de la seule institution de l'Union européenne élue au suffrage universel direct, instauré en 1979. Cette année, les électeurs de 27 pays doivent désigner 705 eurodéputés (si le Brexit est acté d'ici le scrutin). Le nombre de sièges alloués à la France est de 79.

Le Parlement européen partage le pouvoir législatif et budgétaire avec le Conseil de l'UE, composé d'un ministre de chaque pays. Il dispose aussi de moyens de contrôle sur la Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE. Les eurodéputés doivent aussi approuver le nom du futur président de la Commission qui succédera à Jean-Claude Juncker.

Quelles sont les conséquences concrètes des politiques européennes au quotidien ? Les citoyens européens peuvent par exemple utiliser leurs forfaits mobiles nationaux au sein de l'Union européenne sans surcoût, le Parlement européen ayant adopté en 2017 la disparition des frais d'itinérance. Le 26 mars, les députés européens se sont prononcés pour la suppression du changement d'heure saisonnier dans l'Union, en 2021. Le lendemain, ils ont entériné la fin des produits en plastique à usage unique, à partir de 2021.

 

Vers quelle composition pour le Parlement européen ?

Actuellement, les conservateurs du Parti populaire européen (PPE), sont majoritaire au Parlement avec 217 députés. Le deuxième groupe le plus important est celui de l'Alliance Progressiste des Socialistes & Démocrates au Parlement européen (S&D, centre gauche), avec 186 députés.

Sur la base des sondages réalisés dans chaque Etat, le Parlement européen a réalisé, le 27 mars, une projection de la composition du futur hémicycle.

L’axe PPE-S&D subirait un recul sensible (avec respectivement 29 et 44 députés en moins), perdant ainsi la majorité absolue. Cette situation les forcera sans doute à nouer des alliances avec les libéraux (ALDE) ou les Verts.

Les mouvements nationalistes et populistes, progressant dans la plupart des pays européens, espèrent réaliser une percée lors de ces élections. Mais suite au Brexit (s’il a lieu) et donc au départ des députés britanniques, le groupe Conservateurs et réformistes européens (CRE) devrait subir un recul sensible (23 députés en moins) tout comme celui de l’Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD, 11 députés en moins). Le groupe L'Europe des nations et des libertés (ENL), créé par Marine Le Pen, devrait au contraire sortir renforcé (24 députés en plus).

 

Qui sont les candidats en France ?

Les électeurs français auront le choix entre au moins une quinzaine de listes, qui contiendront chacune 79 noms. Chaque liste ayant obtenu au moins 5% des voix se verra attribuer un nombre de sièges proportionnel à son score. Si la composition complète de ces listes n’est pas encore connue (les partis devant les déposer entre le 23 avril et le 3 mai), les têtes de liste ont déjà été désignées.

 

Plusieurs partis font le pari de la jeunesse comme par exemple le Rassemblement national (ex-FN) ayant investi Jordan Bardella, 23 ans, La France insoumise avec Manon Aubry (29 ans), les Républicains avec François-Xavier Bellamy (33 ans) ou le Parti communiste avec Ian Brossat (38 ans).

La gauche part en ordre dispersée. Europe Ecologie-Les Verts présente sa propre liste conduite par Yannick Jadot, comme Génération.s avec Benoît Hamon et Place publique, le mouvement de l'essayiste Raphaël Glucksmann, derrière lequel s'est rangé le Parti socialiste. A l'extrême gauche, Lutte ouvrière présente sa liste avec à sa tête Nathalie Artaud. 

 

A droite, les Républicains avec François-Xavier Bellamy pourraient être concurrencés par le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. L'UDI de Jean-Christophe Lagarde, l'UPR de François Asselineau et Les Patriotes de Florian Philippot mènent aussi campagne. Jean Lassalle compte également présenter une liste.

L'incertitude règne toujours quant à la présence ou non d'une ou plusieurs listes « gilets jaunes ». L'une des figures du mouvement, Ingrid Levavasseur, avait annoncé prendre la tête de la liste du Ralliement d’initiative citoyenne (RIC) avant de renoncer, mi-février.

 

Quelle est la participation en France ?

Les élections européennes sont traditionnellement boudées par les électeurs français. Par rapport aux autres élections, l’abstention y bat des records. En 1979, elle était de 39,30%. Depuis, elle ne cesse de progresser à chaque scrutin (léger recul en 2014). Depuis 1999, l’abstention a toujours dépassé la barre des 50%.

Les électeurs utilisent parfois ce scrutin pour sanctionner le pouvoir politique en place au niveau national. En 2014, deux ans après le début du quinquennat de François Hollande, les listes du Parti socialiste avaient subi une déroute historique aux européennes, avec moins de 14% des voix (en troisième position derrière le Front national, 24,9 %, et l'UMP, 20,8 %). Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon appellent ainsi à faire de ces élections un « référendum anti-Macron ».

 

RFI

Commémoration de l'abolition de l'esclavage : Avec Pape B CISSOKO j'animerai une causerie sur le sujet à Choisy-le-Roi-France 94 -le 10 mai 2019

 

De 18h à 20 h notez sur vos agendas avec une programmation originale


Célébrer, répéter pour ancrer dans les consciences et les inconscients ce qu'est l'humanité. Se laver de ce passé violent où des hommes et femmes et enfants ont été déracinés de force pour servir gratuitement de force parce que considérés comme des biens meubles. Il est plus que temps de comprendre pour mieux avancer dans notre façon de nouer les relations. Pensons à Levinas avec sa théorie du lien de l'altérité et du visage. L'autre doit être respecté.   L'esclavage a engendré des souffrances que nous vivons toujours hic et nunc. Nous ne devons pas être complices de ces actions et faits. Pape B CISSOKO

Oui.

En célébrant la commémoration de l'esclavage avec cette date, la France a demandé pardon disait Joseph Ndiaye
Alors je pardonne, mais je n'oublie pas ! lisons feu joseph qui nous a toujours impressionné et nous a appris à regarder les choses et de pardonner

A cette occasion, vous publiez un ouvrage intitulé « Il fut un jour à Gorée » et adressé aux enfants. Pourquoi, alors que vous auriez pu écrire vos mémoires ?

Parce que les enfants représenteront la fierté des prochaines générations. Ils doivent donc être sensibles au passé odieux de leurs ancêtres. Au Sénégal, on enseigne cette histoire. Il y a des visites tous les mercredis à l'île de Gorée pour les écoliers et les universitaires aussi. Vous savez quand nous étions sous domination française, on nous apprenait que nos ancêtres étaient des gaulois. Ce qui était une fausseté de notre histoire.

Vous avez reçu à Gorée de grandes personnalités telles que Nelson Mandela, Hillary Clinton, James Brown et d'autres...Quelle rencontre vous a le plus marqué ?

Le pape ! Le pape qui a demandé pardon à partir de cette fameuse porte du voyage sans retour. Et aussi Nelson Mandela avec les larmes qu'il a versé.
*(L'église au siècle de l'esclavage a donné son aval aux monarchies européennes, pour accomplir la traite négrière avec le prétexte d'évangéliser des populations noires jugées sauvages et inférieures).

Avec Gorée, il y a Ouidah au Bénin qui fut un autre port du commerce triangulaire et certains villages du Congo, pourquoi ces lieux sont-ils moins connus et visités ?

Les esclaves qui partaient du Congo transitaient souvent par Zanzibar qui était un grand marché aux esclaves sur la côte est de l'Afrique. En Afrique de l'ouest, c'était effectivement Gorée, au large du Sénégal, Ouidah au Bénin et le fort d' Elmina au Ghana, qui servaient de passerelle. Si Gorée est plus connu aujourd'hui, c'est à cause de sa proximité géographique avec les Amériques. De plus, l'île abritait le fameux comptoir des hollandais qui avaient ses succursales à Nantes et à Bordeaux.

-Développer la prise de conscience de l'esclavage qui concerne non seulement le passé mais aussi le présent et l'avenir.
-Rappeler les conséquences actuelles et les interactions qu'a engendrées la traite négrière.
-Comprendre les différentes formes d'esclavage qui persistent et se développent.
-Permettre un dialogue équitable entre les peuples.
-Rappeler le respect de l'universalité des droits de l'homme.
-Lutter contre toute forme d'esclavage.
-Sensibiliser différents publics et développer une attitude citoyenne.

Commémorations de l'abolition de l'Esclavage
DEVOIR DE MÉMOIRE

Plusieurs célébrations rassemblent la communauté internationale autour de la question de la traite négrière et de l'esclavage. Elles offrent l'occasion d'un nécessaire devoir de mémoire sur cette page sombre de notre histoire pour honorer toutes les victimes de quatre siècles de tragédie humaine, mais également ceux qui se sont opposés et ont triomphés de ce crime contre l'humanité.

Ces journées commémoratives donnent aujourd'hui l'occasion d'approfondir la réflexion sur les conséquences contemporaines de cette tragédie et interpellent sur ses implications dans nos sociétés ; racisme et discrimination raciale, intolérance, mais également toutes les formes modernes d'esclavage, d'exploitation de la personne humaine.

L'objectif étant de construire et de rester dans la même communauté de destin avec comme ambition la conservation de la mémoire des ancêtres, car ce sanctuaire symbolise aussi le pardon et la réconciliation dans le respect du droit à la vie. Pour finir, une des citations de l'inoubliable Aimé Césaire : « C'est quoi une vie d'homme ?, c'est le combat de l'ombre et de la lumière, c'est une lutte entre l'espoir et le désespoir, entre la lucidité et la ferveur. Je suis du côté de l'espérance, mais d'une espérance conquise, lucide, hors de toute naïveté.... »


https://cdn.website-editor.net/cb895160850b410c8ad0a86f03b3723a/files/uploaded/1-MOTS%2520DU%2520PRESIDENT%2520DU%2520CADM%2520LE%252010%2520MAI%25202018.pdf

APPEL À CANDIDATURE RÉSIDENCES D’ARTISTES À LA FONDATION FIMINCO / ROMAINVILLE Fondation FIMINCO

 

APPEL À CANDIDATURE RÉSIDENCES D'ARTISTES À LA FONDATION FIMINCO / ROMAINVILLE-France-Fondation FIMINCO
43 rue de la Commune de Paris – 93230 Romainville
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Facebook : Fondation Fiminco
Instagram @fondationfiminco
twitter : ffiminco
www.fondationfiminco.com
Durée : 11 mois


Date limite de l'envoi du dossier de candidature : 31 mai 2019
Annonce des candidatures sélectionnées : Juillet 2019
Entrée en résidence : Janvier et juin 2020


Les artistes devront adresser leur candidature en format PDF uniquement par email avant le 31 mai 2019 à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
La Fondation FIMINCO lance un appel à candidature à destination d'artistes plasticiens et visuels pluridisciplinaires issus du monde entier, sans limite d'âge, en vue d'une résidence de recherche, de création et de production basée sur le territoire de Romainville (Seine-Saint-Denis).


La Fondation FIMINCO est dédiée à la création contemporaine pluridisciplinaire internationale à travers un programme de résidences, d'expositions, de performances, de rencontres, et d'ateliers.
Elle ouvrira ses portes à l'automne 2019, à Romainville, dans l'est parisien, au coeur d'un site qui réunira de nombreux acteurs culturels, aussi bien publics que privés : cinq galeries d'art contemporain (Air de Paris, Imane Farès, In Situ, Jocelyn Wolff, Vincent Sator), les Réserves du FRAC Île-de-France et l'association Jeune Création. La Fondation disposera également d'un espace d'expositions de 1 200 m2, La Chaufferie, où seront programmées les expositions et interventions des artistes résidents, des artistes invités et d'institutions partenaires.


Les artistes sélectionnés auront à leur disposition des ateliers de travail (vidéo/son, prise de vue photo, sérigraphie, taille douce, graphique, construction, pratique mixte, studios de danse), un logement et des espaces de vie collectifs et bénéficieront d'un accompagnement artistique et technique selon leurs besoins et en intelligence avec le projet qu'ils souhaitent développer. Afin de financer la recherche et le projet, un accompagnement pour la recherche de financements complémentaires sera également proposé en complément d'un budget de production alloué par la Fondation.

La
Fondation FIMINCO soutiendra aussi les artistes dans leur mise en réseau et la promotion de leur travail.
La scène artistique contemporaine internationale connaît depuis plusieurs décennies une profonde transformation qui redessine à travers le monde de nouvelles géographies de l'art et des formes artistiques aux approches et aux sources pluridisciplinaires. C'est depuis cette grande diversité artistique en constante mutation que la Fondation FIMINCO entend soutenir et accompagner les artistes émergents ou confirmés issus de tous les continents.
Il s'agit ainsi de créer des ponts entre les différentes scènes de l'art et d'offrir aux artistes l'opportunité de confronter leur travail à d'autres contextes culturels, politiques et sociaux afin d'enrichir leur pratique et de favoriser les échanges de points de vue.
Les projets impliquant un travail en relation avec le territoire (entendu au sens le plus large : projet en relation avec des institutions, associations, communautés, chercheurs basés en Seine-Saint-Denis et à Paris) et les publics seront encouragés.
REJOIGNEZ-NOUS !
Les artistes sont sélectionnés sur dossier par un comité de sélection constitué de professionnels du monde de l'art, ainsi que par des représentants de la Fondation FIMINCO.
Neuf artistes seront sélectionnés en vue d'une première session de résidence qui démarrera en janvier 2020 et neuf autres pour une deuxième session démarrant en juin 2020. La durée des résidences pour chacune des sessions est de 11 mois.


- 31 mai 2019 : date limite du dépôt du dossier de candidature.
- Juin 2019 : entretien avec les candidats présélectionnés leur permettant de présenter leur démarche artistique et culturelle.
- Juillet 2019 : annonce des candidatures sélectionnées pour la première et la deuxième session de résidence
- Janvier 2020 : début de la première session des résidences à Romainville (neuf artistes)
- Juin 2020 : début de la deuxième session de résidences à Romainville (neuf artistes).
Pièces à fournir pour le dossier :


La sélection s'appuiera sur un dossier de candidature rédigé en français ou en anglais en format PDF uniquement et comprenant : 


3- Un dossier artistique présentant un ensemble d'oeuvres récentes représentatif de la démarche de l'artiste (20 pages maximum)
- Un CV dans lequel les artistes mentionneront leur formation et leur parcours artistique, ainsi que des lettres de recommandation (3 maximum)
- Une note d'intention expliquant les directions de recherches que l'artiste souhaite explorer pendant les 11 mois de résidence (maximum 2 pages). L'artiste est invité à préciser s'il a des préférences pour démarrer la résidence en janvier ou en juin 2020.


- Si l'artiste a participé à des conférences ou symposiums, joindre des liens internet
- La candidature pourra être accompagnée d'une courte vidéo (5 minutes maximum) dans laquelle l'artiste présente librement son parcours et son travail
Le dossier pourra contenir des publications, des vidéos, des maquettes sonores et tout document que l'artiste jugera utile de communiquer au comité de sélection à transmettre par des liens internet.

logotwitterFacebook