Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://www.ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://www.ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Billet d’humeur

A Bargny « l’Emergence » à un goût amer !

Une nouvelle génération de militants à vu le jour ces dernières années, ils interviennent dans de nombreux domaines, tels que la finance, le Big Data, l’alimentation et bien sûr la protection de l’environnement. On les appelle des lanceurs d’alerte et aujourd’hui chacun s’accorde à reconnaître le bien fondé de leurs actions à l’origine de révélations d’informations que les Etats, les multinationales, les partis politiques souhaiteraient garder secrètes. Ou encore de dénonciation de scandales.

C’est également le mérite de Pierre Vanneste et de Laurence Grun, deux réalisateurs Belges, qui viennent de réaliser un web documentaire dénonçant la pollution et l’érosion côtière dans une petite commune située à seulement 30 kilomètres de Dakar : Bargny.  

Aux effluves polluants d’une cimenterie toute proche, depuis plusieurs décennies, s’ajoute désormais l’érosion côtière accentuée par le réchauffement climatique. C’est vrai que selon Donald Trump le réchauffement de la planète est une invention de pseudo-scientifiques en mal de reconnaissance médiatique. Sauf que là, la mer avance irrémédiablement à l’intérieur des terres.

Et comme si cela ne suffisait pas, voici 10 ans qu’a débuté, sans aucune concertation avec les élus locaux, la construction d’une centrale électrique à charbon qui doit assurer 12% des besoins du Sénégal en électricité. Sans parler de l’existence du port minéralier non loin de là.

Mais ce n’est pas tout, car à cinq kilomètres de là voici qu’un autre chantier s’apprête à sortir de terre : le nouveau pôle urbain de Dianmniado.

Comme station balnéaire on peut rêver mieux.

Quand, en 2014, le président Macky Sall à lancé son « Plan Sénégal Emergence » prônant un nouveau modèle de développement avec une croissance à 6,5% il a oublié de dire que cela appauvrirait encore un peu plus les les populations les plus fragiles et que son modèle de développement se ferait au détriment d’un Sénégal vert et au profit du tout bêton. 

Comme le dit si bien le titre tu web documentaire, volontairement ironique : « Bargny, ici commence l’émergence ». Donal Trump, Macky Sall, même combat ?

Jean-Yves Duval, Directeur d’Ichrono

Les voleurs de démocratie

Sep 07, 2018 Poster par
Les voleurs de démocratie

Dans Ichrono voici quelques jours nous évoquions la recrudescence des arnaques, petites et grandes, au point de faire dire à certains qu’elles pourrissent le Sénégal. Comme tout ce qui est exagéré cette affirmation est doit être nuancée.

Cela reviendrait à dire que les actes d’incivilité commis par quelques sauvageons créeraient un climat de guerre civile. Il faut savoir raison garder.

Il est vrai qu’un mécanicien qui invente une panne imaginaire pour arrondir sa facture au franc CFA supérieur n’est pas un voleur. C’est un minable petit escroc.

Comme l’est aussi ce vendeur de voiture qui cache un vice (par définition caché) de son véhicule à son acheteur.

Ainsi qu’assurément cet entrepreneur de maçonnerie qui après avoir encaissé l’acompte met la clé sous le paillasson et laisse le client livré à lui-même, désemparé.

Ou encore ce vendeur de « café Touba » qui mélange le café avec du mil et du riz grillé. De même que ces commerçants qui vendent des produits de contrefaçon en les faisant passer pour authentiques.

Oui, ce genre de pratique « pourrit » la vie quotidienne des honnêtes gens. Mais non le Sénégal. 

En revanche ceux qui pourrissent le pays, ce sont ces fonctionnaires corrompus qui moyennant espèces sonnantes et trébuchantes accordent des faveurs, contournent la loi, ces enseignants qui sèchent les cours dans l’école publique pour se faire de l’argent dans le secteur privé. Et pire encore ces hommes politiques qui font des promesses qu’ils savent être fantaisistes, simplement pour assurer leur élection ou réélection et qui trompent ainsi délibérément le peuple.

Ceux-là ne sont pas des escrocs minables qui commettent des petites arnaques, mais des voleurs de démocratie, des personnes qui trahissent leur devoir et leur patrie. Ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui mais où sont les sanctions ?

Le directeur de publication d’Ichrono

Voyage en Absurdie

Sep 01, 2018 Poster par
Voyage en Absurdie

Vous vous demandez sans doute quel est ce nouveau pays, à ce jour inconnu sur le globe terrestre. Vous connaissez l’Italie, l’Arabie, la Somalie, le Mali, la Turquie, etc. mais vous ne voyez pas l’Absurdie, même en cherchant attentivement. C’est normal car il s’agit d’un royaume imaginaire.

Un pays, où à sept mois des élections, 85 candidats se sont déjà déclarés et aspirent à devenir chef de l’Etat. Oui, vous avez bien lu. Un chiffre pléthorique ! Et sans doute un peu plus encore depuis que j’ai commencé à rédiger ce billet d’humeur. Avant, vraisemblablement, d’être proche d’une centaine à l’heure de la clôture des candidatures … Quelle absurdité lorsqu’on sait que la population du pays est à peine de seize millions d’habitants !

Certes, il faudra à ces candidats, pour s’aligner sur la ligne de départ, réunir quelques 52 000 signatures de parrainages, réparties dans les 14 régions du pays, à raison d’au moins deux mille par région. Gageons qu’à la suite de cette récente réforme constitutionnelle voulue par le pouvoir en place, les rangs vont rapidement s’éclaircir, de façon drastique. 

Quant à ceux qui auront franchi ce premier écueil ils devront en surmonter un second, à savoir le versement d’une caution de trente millions CFA (environ 45 000 euros). Ce qui est loin d’être dérisoire.

Résultat, les rescapés de cette course d’obstacles seront vraisemblablement moins d’une dizaine en février prochain pouvant espérer succéder à Macky Sall.

Car ce pays dont nous parlons, c’est bien sûr le Sénégal, qui, à travers, cette mascarade électorale ne donne pas la meilleure image internationale de lui-même. Alors, me direz-vous, pourquoi cette absurdité si l’on sait d’avance que la plupart des personnes déclarées aujourd’hui ne seront pas présentes demain ? Il y a d’abord celles pour qui il s’agit là d’une opération de com’, une façon de faire parler d’elles, d’être invitées à la radio et à la télévision, de prendre date pour l’avenir. En clair de faire un tour de piste, comme au cirque, et puis de s’en aller.

Et il y a les autres, celles qui monnaieront leurs parrainages de façon « sonnante et trébuchante » ou par quelques gratifications obtenues auprès du candidat victorieux après lui avoir apporté leur soutien, même tardif, ici un poste dans l’administration, là une autorisation ou un passe-droit quelconque, ailleurs une exonération fiscale, etc.

Finalement, au royaume de l’Absurdie, des petits malins vont s’en mettre plein les poches, « business is business », et tant pis si cela a pour conséquences de brouiller le scrutin électoral et de tourner en dérision une élection capitale pour l’avenir du pays.

Au final, c’est la démocratie qui en sortira plus affaiblie. Ainsi va la vie au royaume de l’Absurdie.

Le Directeur de publication 

d’Ichrono

Violences faites aux femmes sénégalaises :  Une situation inacceptable !

la lecture de l’étude publiée par Imagine Africa Institute on ne peut s’empêcher d’être saisi d’horreur. On y découvre en effet sous la plume de Pierre Sané son président le « calvaire de femmes sénégalaises battues, tuées, violées, mutilées, harcelées ».

Un sujet que connaît particulièrement cet ancien secrétaire général d’Amnesty International qui se dit choqué et révolté du silence de ces violences « étouffées dans le carcan familial ou villageois ».

Le plus grave pour Pierre Sané est que cette violence quotidienne semble « sournoisement admise par notre culture ».

L’explication viendrait-elle d’une société essentiellement patriarcale dans laquelle l’homme peut disposer de plusieurs épouses ? La polygamie favoriserait-elle cette banalisation ?

Le plus grave est que de nombreux hommes croient pouvoir épouser autant de femmes qu’ils peuvent et aussi les répudier et les violenter à leur guise. 

l’évidence, il y a là, compte tenu des abus constatés, une correction à apporter à cette pratique issue de la société et de la religion. Cette situation est d’autant plus inacceptable que dans la société africaine trop de mariages sont « arrangés » et ne sont pas le résultat de véritables histoires d’amour.

Cette situation a pour conséquences que les violences, comme les autres différends familiaux, se règlent à la maison et que les tribunaux sont rarement saisis, d’où l’impunité qui en résulte. 

Les élections présidentielles de l’année prochaine offrent l’opportunité aux responsables politiques et aux candidats d’intervenir dans ce débat actualisé par la récente affaire « Ndeye Coumba Diop » (du nom de cette jeune femme de 18 ans victime de son mari violent), qui a ému la population sénégalaise et les réseaux sociaux fin juillet, car la mobilisation de quelques ONG ne suffit pas aujourd’hui pour stopper ces agressions qui sont une insulte à la dignité humaine et au respect que l’on doit aux femmes. 

Il leur appartient de faire entendre leur voix. Nous les attendons.

Le Directeur de la publication

Ichrono

logotwitterFacebook